Manger sainement

La diète méditerranéenne

Dans les années 60, des chercheurs ont constaté que la population crétoise décédait moins de maladies du cœur que bien d’autres populations. Soupçonnée de prolonger la vie en fournissant une protection contre les maladies du cœur, l’alimentation de cette population de la Méditerranée a dès lors fait l’objet d’un grand nombre d’études… Tour de table sur la diète méditerranéenne.


Qu’est-ce que la diète méditerranéenne?

 

Il existe non pas une, mais plusieurs diètes dites «méditerranéennes». En effet, les populations qui habitent le pourtour de la Méditerranée sont très différentes les unes des autres, et chacune a sa propre culture gastronomique.

De plus, plusieurs de ces pays (comme la Grèce) ont évolué vers une diète « américanisée » et ne bénéficient plus des avantages de leurs diètes traditionnelles.

Cette diète est caractérisée par un apport élevé en céréales (principalement à grains entiers), légumes, légumineuses, fruits, noix et huile d’olive. Elle s’appuie également sur une consommation régulière de poisson et de volaille, ainsi qu’une consommation modérée d’alcool, principalement de vin rouge pris pendant le repas, ainsi que de produits laitiers et d’œuf. Par ailleurs, cette diète se distingue par une faible consommation de sucreries, de viande rouge et transformée, notamment de charcuteries. À l’inverse de la diète du type Nord-américain ou occidentale, elle est classée comme un modèle de régime basé sur les aliments d’origine végétale et riches en antioxydants. Contrairement à d’autres diètes considérées comme saines, elle se distingue par son apport relativement riche en gras, engendré essentiellement par l’utilisation d’huile d’olive pour la cuisson et l’assaisonnement des aliments, en particulier des légumes.

 

 

Quels sont les arguments en faveur de la diète méditerranéenne?

 

Le fait d’adopter une diète méditerranéenne aurait plusieurs bienfaits sur la santé. En effet, une méta-analyse effectuée en 2010 s’est intéressée à l’impact de la diète méditerranéenne sur la santé et la mortalité des individus. Cette méta-analyse rassemblait les résultats obtenus chez plus de deux millions d’individus participant à des études partout dans le monde. Les auteurs ont conclu que le fait de consommer une diète méditerranéenne diminuait significativement les risques de mortalité toutes causes confondues. De même, ce type d’alimentation réduirait les risques de mourir de maladies cardiovasculaires et de cancer et de souffrir de maladies neurodégénératives (comme l’Alzheimer).

 

De même, en 2011, une autre méta-analyse rassemblant 50 études et plus de 500 000 participants concluait que la diète méditerranéenne protégeait contre le syndrome métabolique. Le syndrome métabolique est un ensemble de problèmes de santé qui augmentent les risques de développer le diabète de type 2, une maladie du cœur,  une angine de poitrine, un infarctus ou un accident vasculaire cérébral (AVC).

 

Les auteurs de cette méta-analyse déclaraient que la diète méditerranéenne pouvait protéger non seulement contre le syndrome métabolique, mais également contre plusieurs facteurs de risques qui y sont associés comme le tour de taille, le cholestérol sanguin, la pression artérielle et la glycémie.

 

En résumé, les gens qui adoptent la diète méditerranéenne ont moins de risques de souffrir de maladies chroniques comme les maladies du cœur, le cancer, les maladies dégénératives et le diabète.

 

Diète méditerranéenne ou « paradoxe français »?

 

D’autres facteurs ne faisant pas partie de la diète méditerranéenne peuvent certainement eux aussi protéger contre les maladies cardiovasculaires.

En effet, la fréquence des maladies du cœur en France est faible (comparable à celle de l’Espagne), bien que la diète des Français soit très différente de la diète méditerranéenne.

De plus, la fréquence de ces maladies est comparable dans le nord de la France, où la consommation de graisses animales est élevée, et dans le sud. Il existe donc un « paradoxe français » qui fait beaucoup réfléchir les chercheurs.
 

Il serait possible que ce soit la variété de l’alimentation des Français qui leur permette d’obtenir les nutriments protecteurs contre les maladies cardiovasculaires sans suivre une diète méditerranéenne. 

 

Le vin, responsable du paradoxe français?

 

Boire un à deux verres de vin chaque jour pourrait avoir un effet favorable sur la santé du cœur.

Bien que l’hypothèse soit intéressante, elle n’est pas applicable à la population française féminine, qui ne consomme pas plus de vin que les femmes des pays nordiques.
 

Les bienfaits de l’alimentation méditerranéenne proviennent probablement plus de l’ensemble des aliments consommés plutôt que d’un seul.


Lorsqu’il est question de prévention des maladies du cœur, l’alcool se situe bien loin derrière une alimentation saine, la pratique d’activité physique et la cessation du tabagisme. Inutile, donc, de commencer à boire dans le but de protéger votre cœur.

 

Pourquoi est-elle si bonne pour la santé?


Cette question fait l’objet de beaucoup de recherches. Les effets antioxydants et les effets anticoagulants de la diète méditerranéenne pourraient être à l’origine de ses bienfaits.

 

Les antioxydants

 

L’effet antioxydant prévient les dommages des cellules causés par les radicaux libres. Les radicaux libres sont des molécules produites normalement au moment de la digestion. Notre organisme possède un système antioxydant interne qui permet de se débarrasser des radicaux libres, mais les antioxydants de l’alimentation pourraient aussi apporter une aide précieuse.

Cet effet antioxydant pourrait être particulièrement important en ce qui concerne les plaques qui bloquent les artères. Il y a dans ces plaques des cellules inflammatoires qui produisent de grandes quantités de radicaux libres.

 

Les anticoagulants

 

L’effet anticoagulant est propre aux acides gras dits « oméga-3 » que l’on trouve dans les poissons gras et l’huile de canola.

En diminuant la capacité du sang à coaguler, ces acides gras empêcheraient la formation de caillots de sang dans les artères du cœur, ce qui constitue le principal mécanisme de la crise cardiaque.

Les scientifiques ne peuvent pas encore expliquer exactement pourquoi la diète méditerranéenne est bénéfique. Cependant, les données concernant les maladies cardiovasculaires sont considérées par les experts comme étant suffisantes pour recommander cette diète à quelqu’un qui a eu une crise cardiaque ou qui présente un risque élevé d’en faire une.

Dernière modification :