Enceintes ou allaitant

Manger pour deux, trois, quatre…

Quand on est enceinte, il faut manger mieux et un peu plus. Quand on est enceinte de jumeaux, de triplées ou de quadruplés, il faut manger mieux… et beaucoup plus !

 
Gain de poids

Chaque femme est unique et chaque grossesse est unique. Il existe tout de même des recommandations générales concernant plusieurs aspects de la grossesse. Le gain de poids est de ceux-ci.
Santé Canada a récemment adopté les recommandations de l’Institute of Medicine (des États-Unis) sur le gain de poids durant la grossesse. Il s’agit d’une mise à jour des lignes directrices datant de 1990. Elles tiennent notamment compte de l’augmentation du nombre de femmes ayant un surpoids, mais aussi du nombre croissant de grossesses gémellaires.

Les gains de poids suivants, en fonction de l’IMC* prégravide, sont jugés optimaux à la fois pour le bébé – ou les bébés – et pour la mère.


Catégorie de poids (IMC) Gain de poids
Grossesse un fœtus
Gain de poids
Grossesse gémellaire
Maigreur (<18,5) 12,5 à 18 kg (28-40 lb) Non déterminé
Poids normal (18,5 – 24,9) 11,5 à 16 kg (25-35 lb) 17 à 25 kg (37- 54 lb)
Surpoids (25,0 -29,9) 7 à 11,5 kg (15-25 lb) 14 à 23 kg (31- 50 lb)
Obésité (≥30,0) 5 à 9 kg (11-20 lb) 11 à 19 kg (25- 42 lb)

 

*IMC : Indice de masse corporelle = poids (kg)/taille (m2)


Durant la grossesse, la prise de poids se répartie entre le fœtus, le placenta, les réserves de graisses, l’augmentation du volume sanguin, le liquide amniotique, etc. C’est pourquoi une femme enceinte de jumeaux ne prend pas deux fois plus de poids que la future maman d’un seul bébé. Puis, pour les femmes qui attendent trois enfants ou plus, il n’y a pas suffisamment de données pour établir un gain de poids souhaitable.


Les risques du surpoids… et des régimes

Les nouvelles lignes directrices soulignent également l’importance de rencontrer un nutritionniste avant de devenir enceinte, surtout si vous souffrez d’embonpoint ou d’obésité. Puisque l’excès de poids est associé à des risques accrus de prééclampsie, de diabète gestationnel et d’obésité infantile, on encourage les femmes concernées à débuter leur grossesse avec un poids plus près de la normale. Cela dit, toutes les femmes gagneraient à recevoir des conseils personnalisés !

Une des choses à retenir est qu’il est vivement déconseillé d’entreprendre un régime amaigrissant une fois qu’on a appris la bonne nouvelle de la grossesse. Les restrictions alimentaires risqueraient de priver le ou les fœtus de nutriments essentiels à leur développement. Il semble par ailleurs que les régimes soient carrément dangereux, puisque la perte de graisse peut entraîner la production de déchets toxiques pour le cerveau des petits êtres immatures.


Des calories, encore des calories !

C’est durant le premier trimestre que vous êtes le plus fatiguée. Pourtant, vos besoins énergétiques n’augmentent presque pas. Tout au plus, un grand verre de lait suffit à combler le manquer à gagner d’une centaine de Calories. Ajoutez un fruit si vous attendez des jumeaux.

Selon l'Institut de Médecine, au deuxième trimestre vos besoins énergétiques augmentent de 340 Calories par jour. Cela représente une orange, un demi-sandwich au beurre d’arachide et un verre de lait.
Tandis qu'au troisième trimestre, la croissance du bébé étant très rapide, les besoins sont de 450 Calories de plus par jour, ce qui équivaut à 20 raisins (125 ml ou une demie tasse) en collation dans la matinée, 60 ml (1/4 tasse) de noix en après-midi et un grand verre de lait en soirée.

Lors d'une grossesse multiple, il faut ajouter à cela environ 300 kcal par jour pour chaque bébé supplémentaire.

 


 

Le meilleur indice pour s'assurer d'un apport énergétique adéquat est le gain de poids et la vitesse de progression du poids. Les suivis médicaux permettent, entre autres, de suivre la courbe de gain pondéral et ainsi réajuster son alimentation au besoin.

 

Manger plus, oui. Mais pas n’importe quoi. La qualité est aussi importante que la quantité. Les bébés ne se développent pas seulement avec des calories, mais également avec des vitamines, des minéraux, des bons gras, des protéines, etc. Privilégiez donc les aliments nutritifs, tout en vous permettant des gâteries occasionnelles.

À mesure que les fœtus grossissent et grandissent, vous avez plus de difficultés à manger suffisamment. Votre ventre indique « no vacancy » ! Pour couvrir vos besoins, n’hésitez pas à manger des repas plus petits mais plus fréquents. Il n’y a pas de mal à manger six fois par jour. Au contraire, vous et vos bébés ne vous en porterez que mieux !

Manger suffisamment aidera vos petits à se développer de manière optimale, et vous aidera à conserver vos réserves d’énergie. Car si vous pensez avoir besoin de beaucoup d’énergie durant votre grossesse, ce n’est rien en comparaison de l’énergie dont vous aurez besoin après, pour vous occuper de votre marmaille !
 

 

Dernière modification :