Blogue

2 septembre 2015

La santé des hommes nous intéresse!

par Nathalie Jobin dans

Actualités

 

 

 

 

 

Les 17 et 18 septembre prochains se tiendra à Montréal un colloque d’envergure*, réunissant des chercheurs et des cliniciens de renommée internationale s'intéressant à la santé des hommes. De manière plus spécifique, ce colloque abordera les troubles alimentaires au masculin.  Eh oui, vous avez bien lu, les hommes aussi peuvent souffrir de troubles alimentaires! C’est d’ailleurs un sujet suffisamment préoccupant pour en discuter pendant 2 jours!

 

Encore aujourd’hui, les troubles alimentaires sont principalement associés aux filles, aux adolescentes et aux jeunes femmes. Pourtant, certains hommes, même s’ils  semblent en parfaite santé, peuvent souffrir d’anorexie, de boulimie ou d’hyperphagie. Ils représentent de 10 à 25 % des cas d’anorexie et de boulimie, ainsi que 40% des cas d’hyperphagie.

 

Il n’est pas rare que les familles, et même les professionnels de la santé, ne remarquent pas ou ratent l’opportunité de dépister ce type de trouble chez les hommes. De nombreux préjugés entourent les troubles alimentaires, et ce, même parmi le corps médical. En effet, les troubles alimentaires chez les hommes sont moins connus des professionnels de la santé bien qu’il s’agisse d’un enjeu important pour leur santé mentale et physique.

 

De façon générale, les hommes :

 

  • Sont moins portés à consulter un professionnel de la santé en cas de problème, notamment lorsqu’il s’agit d’un trouble alimentaire; ce délai de prise en charge fait en sorte que les hommes ont des symptômes plus développés, et donc plus difficiles à traiter;
  • Présentent plus de troubles concomitants que les femmes, tel que l’anxiété, la dépression et le trouble obsessif-compulsif;
  • Présentent fréquemment des troubles d’abus de substances et sont quatre fois plus nombreux à se suicider.

 

Les hommes souffrant de troubles alimentaires ressentent souvent beaucoup de honte d’être affligés de problèmes « féminins ». Pour cette raison, ils cachent ces troubles et n’en parlent pas à leurs proches, de peur d’être ridiculisés. De même, parce que plus d’hommes homosexuels souffrent de ces troubles, les hommes hétérosexuels pourraient avoir peur de voir leur orientation sexuelle remise en doute.

 

Tous les professionnels de la santé, tels les médecins, les infirmières, les nutritionnistes, les kinésiologues, les psychologues et les travailleurs sociaux sont invités à participer au colloque « Troubles alimentaires au masculin ». Des crédits de formation continue sont disponibles pour plusieurs de ces professions. Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site de Profil.

 

* Cet événement unique à ne pas manquer est organisé par Prof-il, le Centre de référence pour les professionnels sur les troubles de l’alimentation et de l’image corporelle chez les hommes. Prof-il est un projet réalisé par Extenso, le Centre de référence sur la nutrition de l’Université de Montréal et financé par Movember Canada.