Blogue

28 mai 2014

Movember... pas juste en novembre!

par Nathalie Jobin dans

Actualités

En novembre, plusieurs hommes deviennent des Mo Bros en arborant fièrement la moustache pour supporter le mouvement Movember. Tel le ruban rose associé au cancer du sein, la Mo (moustache) est maintenant associée au cancer de la prostate. Tout au long du mois de novembre, de l’argent est ramassé par les Mo Bros et les Mo Sistas (non, les Mo Sistas ne se font pas pousser la moustache… elles agissent en recueillant des dons et en encourageant les hommes de leur vie à participer). Les sommes amassées  servent à financer la recherche sur le cancer de la prostate. Mais Movember, c’est beaucoup plus que ça.

 

 

« À l’aide de la moustache comme catalyseur, nous voulons susciter le changement et donner aux hommes la possibilité et la confiance de mieux connaître leur santé et d’en parler plus ouvertement et agir. » www.ca.movember.com

 

 

 

 

Pour Movember, « une moustache naissante sur une lèvre supérieure suscite une conversation qui, elle, accroît la sensibilisation et éduque l’entourage aux problèmes de santé que peuvent vivre les hommes. La sensibilisation et l’éducation incitent ensuite les gens à agir et à modifier leurs comportements, ce qui change et sauve des vies aujourd’hui. »

 

En fait, Movember est un mouvement mondial qui souhaite changer la face de la santé masculine. Pour ce faire, la Fondation Movember finance des programmes dans les 4 domaines suivants : le cancer de la prostate, le cancer testiculaire, la santé mentale et la santé masculine de façon générale.

 

 

Les comportements que Movember souhaite changer?

 

En moyenne, les hommes meurent six ans avant les femmes. Le taux de suicide est quatre fois plus élevé chez les hommes que chez les femmes et plus de cinq hommes meurent prématurément toutes les heures en raison de maladies qui auraient pu être évitées.

Du point de vue de Movember, les causes probables de la moins bonne santé des hommes sont les suivantes:

  • le manque de sensibilisation aux problèmes de santé que les hommes peuvent éprouver et de compréhension de ces derniers;
  • la réticence des hommes à prendre les mesures nécessaires lorsqu’ils ne se sentent pas bien physiquement ou mentalement;
  • le choix d’activités risquées qui menacent leur santé;
  • les préjugés entourant la santé mentale.

 

Movember en chiffres

 

Movember a vu le jour en 2003 à Melbourne en Australie par deux amis qui souhaitaient remettre la moustache au goût du jour. Inspirés par la mère d’un ami qui recueillait des dons pour la lutte contre le cancer du sein, ils ont choisi de mener la campagne au nom de la santé masculine et de la lutte contre le cancer de la prostate. Ils inventèrent les règles et les lignes directrices de Movember (toujours en vigueur aujourd’hui) et décidèrent de percevoir dix dollars auprès de ceux qui se laisseraient pousser une moustache. En 2003, trente hommes ont donc revêtu la moustache.

 

En 2004, l’enthousiasme étant toujours présent pour se faire pousser la moustache, une société officielle (Movember) et un site Web ont été créés. Le cancer de la prostate est devenu la cause officielle de Movember.

 

En 2007, l’ampleur du mouvement s’est étendue à l’échelle internationale et divers partenaires en santé masculine s’y sont associés (santé mentale, santé physique, cancer testiculaire).

 

Aujourd’hui, Movember c’est :

  • 21 pays membres (le Canada est membre depuis 2007);
  • 4 026 562 participants (depuis 2003);
  • 572 Millions $ recueillis jusqu’à maintenant;
  • Financement de 770 programmes en santé masculine

 

Ce TED talk, qui met en scène un des fondateurs de Movember, raconte l’histoire du mouvement. Très intéressant! 

 

 

Pourquoi je parle de Movember dans ce billet?

 

Parce qu’Extenso est maintenant un fier partenaire de Movember Canada! Extenso a reçu une subvention (avril 2014-avril 2016) de Movember Canada qui permettra de combler les besoins des professionnels de la santé québécois à l’égard des problématiques d’image corporelle et de troubles alimentaires chez les hommes.

 

Bien qu’il soit vrai de dire que les femmes sont plus à risque de souffrir de troubles alimentaires, il est estimé que les hommes représentent de 10 à 25 % des cas d’anorexie et de boulimie ainsi que 40% des cas d’hyperphagie. Les troubles alimentaires chez les hommes représentent un problème criant pour lequel les professionnels de la santé doivent être outillés et auquel ils doivent s’attarder davantage. La santé mentale, physique et sociale de ces hommes est grandement affectée par ces troubles.

 

Pendant ces 2 années, nous mettrons sur pied un site web s’adressant aux professionnels de la santé, nous développerons des webinaires et nous organiserons un colloque rassemblant des chercheurs et des cliniciens s’intéressant aux problématiques des troubles alimentaires, de l’image corporelle et des déterminants psychosociaux des hommes en lien avec la santé mentale et physique.

 

Vous entendrez certainement parler de nous dans les prochains mois concernant ce projet! Nous sommes vraiment fiers de contribuer à ce mouvement et d’inciter, peut-être, de nouveaux Mo Bros et Mo Sistas à participer!