Blogue

1 novembre 2012

Nos adolescents et l'alimentation

par Nathalie Jobin dans

Actualités

 

L’Institut de la statistique du Québec, publiait récemment le tome 1 de l’Enquête québécoise sur la santé des jeunes du secondaire 2010-2011 qui dévoile le visage des jeunes d’aujourd’hui : leur santé physique et leurs habitudes de vie.

 

Environnement non-favorable

Les jeunes d’aujourd’hui vivent dans un environnement qui n’est pas toujours favorable à l’adoption d’une saine alimentation et où ils sont exposés à une grande diversité d’aliments. Conséquemment, on ne se surprend pas des constats suivants révélés par cette enquête:

  • A peine la moitié des jeunes consomme en moyenne à chaque jour le nombre minimal recommandé de produits laitiers ;
  • La majorité des élèves québécois du secondaire ne consomment pas le nombre minimal de portions de fruits et légumes par jour ; (saviez-vous que la consommation de fruits et légumes est reconnue comme un indicateur de la qualité de l’alimentation d’une population ?)
  • Plus du tiers des élèves du secondaire ont déclaré avoir consommé de la « malbouffe » 3 fois ou plus durant la semaine précédente ;
  • Près du tiers consomme habituellement des boissons sucrées, des grignotines ou des sucreries au moins une fois par jour ;
  • Le quart des jeunes consomment des boissons sucrées (gazeuses, à saveur de fruits, énergisantes ou pour sportifs) au minimum une fois par jour.

 

Le fameux petit déjeuner

Bonne nouvelle, la majorité (60%) des élèves a l’habitude de prendre un déjeuner avant d’aller à l’école. Toutefois, il est intéressant de noter que significativement plus de garçons que  de filles ont cette habitude de déjeuner (63% des garçons et 57% des filles).

Nous connaissons bien le lien entre la performance scolaire et la prise du petit déjeuner. Or, dans cette enquête, ce sont les jeunes qui en font foi : ceux qui partent pour l’école le ventre vide (11%) ont plus tendance à évaluer leur performance scolaire sous la moyenne. Intéressant…

 

Le fléau des boissons sucrées

Les jeunes qui boivent des boissons sucrées à tous les jours (25% des élèves du secondaire) sont non seulement de grands consommateurs de boissons à saveur de fruits (18%) mais aussi de jus de fruits purs à 100%. Conclusion: ces jeunes boivent peu d’eau et étanchent leur soif avec des boissons qui goûtent les fruits, peu importe leur qualité nutritionnelle.

Les études sont nombreuses à étaler les effets néfastes d’une consommation régulière de boissons sucrées : gain de poids, obésité, syndrome métabolique, etc. D’autres études rapportent l’efficacité de la substitution des boissons sucrées par de l’eau dans la prévention du surplus de poids auprès de jeunes d’écoles primaires provenant de milieu défavorisé.

   

  Où boivent-ils toutes ces boissons gazeuses ?

Pour les jeunes de 9 à 13 ans, la consommation de boissons gazeuses se fait surtout…à la maison. Il semble donc que ce comportement relève, du moins en partie, des habitudes familiales.

 

Bien sûr, boire de l’eau c’est moins « cool » pour ces jeunes qui sont accros au goût sucré ! Pourtant une initiative intéressante a lieu l’an dernier : le Réseau du sport étudiant du Québec lançait une campagne auprès des jeunes pour embellir les fontaines d’eau des écoles du Québec. Pour la Coalition québécoise sur la problématique du poids, le dossier des boissons sucrées est un des dossiers prioritaires pour diminuer le fléau de l’obésité. Plusieurs initiatives sont en cours mais les changements dans les comportements se font attendre…

 

Comment peut-on leur vendre l’idée de boire de l’eau sans avoir l’air rabat-joie ? Comment fait-on pour sensibiliser davantage les milieux plus défavorisés aux effets néfastes des boissons sucrées ? Que pensez-vous de ces résultats ? Êtes-vous surpris ? Consommez-vous vous-même des boissons gazeuses à la maison ?