Blogue

28 avril 2014

Un Coke gratuit en échange de...

par Stéphanie Côté dans

Actualités

Mise en contexte : j’étais à Whistler (chanceuse, je sais), durant le World Ski & Snowboard Festival. Il y avait de nombreuses activités et plusieurs kiosques promotionnels, dont certains ne dérougissaient pas. Un en particulier a attiré mon attention. Questions quiz :

 

Que font ces enfants en file?

a) Ils veulent l'autographe d’un médaillé olympique de snowboard

b) Ils attendent pour faire un tour de manège

c) Ils veulent recevoir une paire de mitaines gratuite

d) Ils veulent recevoir une cannette de Coke gratuite

 

 

 

Réponse : d)

 

Si je voulais vous piéger, j’aurais choisi un autre titre! Restez à l’écoute, le punch s’en vient.

 

Que doivent-ils faire pour recevoir leur cannette de Coke?

a) Chanter une toune

b) Répéter le slogan de Coke

c) Fournir leur adresse courriel

d) Faire un câlin à une machine distributrice

 

Réponse : d)

 

UN CÂLIN À UNE MACHINE DISTRIBUTRICE! 

 

 

Ces images arrachaient des « ohhhh » et des « hihihi » à une foule qui trouvait ça cute. De mon côté, j’avais la bouche ouverte et les sourcils relevés d’étonnement et de déception. 

 

Je sais bien que ça va dans la lignée des slogans de Coke qui, depuis tellement d’années, veut nous convaincre qu’on ouvre du bonheur quand on ouvre une cannette. Là, ce n’est plus juste du bonheur, c’est rendu de l’affection. Un câlin, un Coke. Et à des enfants en plus! Bien sûr que les enfants n’étaient pas la cible première. Dans le village, au bas des pentes, il y avait bien plus de pantalons-à-fond-de-culotte-entre-les-genoux que de salopettes de neige. Néanmoins, en plein long congé de Pâques, les petites familles étaient nombreuses.

 

Cette campagne « donne-moi un câlin, je te donne un Coke » me dérange. Surtout quand je pense aux enfants rejoints. Au-delà du fait que Coke ne convienne absolument pas aux tout-petits, c’est l’idée que ces enfants adoptent déjà la marque. On sait tous que la mémoire des enfants est marquée par des événements qui semblent parfois anodins aux adultes. J’imagine le portrait :

 

- « Tu te souviens de Whistler, mon trésor? Tsé, là où les montagnes montent plus haut que les nuages? »

- « Ah oui, c’est là que j’ai fait un câlin à une machine distributrice et que j’ai bu un Coke pour la première fois, c’est ça? »

 

La fidélisation à une marque prend racine dès l’enfance. Et voilà des milliers d’enfants charmés par le logo rouge et blanc. La file ne dérougissait pas, je le répète. Il devait sortir une cannette à la minute.

 

D’entrée de jeu, je déteste le fait que des compagnies comme Coca-cola fassent autant de publicités. Je déteste cela parce que… c’est d’une redoutable efficacité. Je déteste surtout admettre que parfois, je les trouve bonnes, leurs pubs. Mais l’idée derrière, jamais. Et encore moins ce dernier coup de marketing dont j’ai été témoin.

 

Et vous, qu’en pensez-vous?