Méthodologie

L’échelle de crédibilité est un outil quantitatif permettant, selon certains critères préétablis, de juger de la pertinence ou de la véracité de certaines informations véhiculées dans les médias écrits ou électroniques.

 

Cette affirmation repose sur des données scientifiques…
Non fondée ou aucune donnée scientifique = consensus d'experts, avis d'experts
Peu probable = études randomisées et contrôlées négatives, études d'association négatives ou partagées
Probable = études randomisées et contrôlées positives ou partagées, études d’association positives
Fondée = plusieurs études randomisées et contrôlées

 

Méthodologie de l'échelle de crédibilité

  1. Revue exhaustive de la documentation scientifique pour une AFFIRMATION donnée (par exemple, « le vin protège des maladies du cœur »).
  2. Catégorisation, par types d'études, des articles scientifiques publiés sur le sujet.
  3. Analyse des résultats par catégories.
  • Le niveau 0 implique que l’affirmation repose sur le seul avis d’un expert ou de plusieurs experts.
  • Le niveau 1 implique que plus de 3 études randomisées et contrôlées ont été menées auprès de plus de 5 000 participants, et qu’elles étaient négatives et non divergentes, ou encore que les études d’association sont négatives ou divergentes. Le terme « divergent » réfère à un ratio études positives / études négatives par rapport à l'affirmation plus grand que 20 %.
  • Le passage du niveau 1 au niveau 2 sur l'échelle de crédibilité implique que les études randomisées et contrôlées ou d’association étaient positives ou divergentes.
  • Le passage du niveau 2 au niveau 3 sur l’échelle de crédibilité implique que plus de 3 études randomisées et contrôlées ont été menées auprès de plus de 5 000 participants et qu'elles n’étaient pas divergentes.

 

 


 

Références

  1. Greenhalgh T. Assessing the methodological quality of published papers. BMJ 1997; 315 (7103): 305-8.
  2. International Food Information Council Foundation. How to understand and interpret food and health-related scientific studies. IFIC Review. 1997. Washington, DC.
  3. Kleinbaum DG. Epidemiologic methods. The "art" in the state of the art. J Clin Epidemiol 2002; 55 (12): 1196-200.
  4. World Cancer Research Fund and, American Institute of Cancer Research. Chapter three: Scientific evidence and judgement. Food, Nutrition and the Prevention of Cancer: a Global Perspective. Washington DC: American Institue of Cancer Research; 1997.
  5. Canadian Task Force on the Periodic Health Examination: The periodic health examination. CMAJ 1979;121:1193-1254.
  6. Sackett DL. Rules of evidence and clinical recommendations on use of antithrombotic agents. Chest 1986 Feb; 89 (2 suppl.):2S-3S.
  7. Cook DJ, Guyatt GH, Laupacis A, Sackett DL, Goldberg RJ. Clinical recommendations using levels of evidence for antithrombotic agents. Chest 1995 Oct; 108(4 Suppl):227S-230S.
  8. Yusuf S, Cairns JA, Camm AJ, Fallen EL, Gersh BJ. Evidence-Based Cardiology. London: BMJ Publishing Group, 1998.
  9. Cook DJ, Guyatt GH, Laupacis A, Sackett DL, Goldberg RJ. Clinical recommendations using levels of evidence for antithrombotic agents. Chest 1995;108(4 Suppl):227S-30S.