Blogue

1 mai 2013

Le microbiote : ce nouvel organe!

par Nathalie Jobin dans

Actualités

À l’automne dernier, j’ai eu la chance d’assister à la première édition de BENEFIQ2012, le rendez-vous international sur les ingrédients santé qui rassemblait à la fois des scientifiques et des représentants du monde des affaires. Parmi les sujets d’intérêts, il y a avait l’équilibre de la flore intestinale. Il va sans dire, les effets des milliers de micro-organismes qui peuplent notre système digestif sur notre santé constituent un domaine de recherche prolifique! Je tenterai donc dans ce billet de vous résumer les propos de la session qui portait sur la santé digestive.

 

Lorsqu’on fait référence à la composition en micro-organismes du système digestif, nous parlions jusqu’à récemment de la flore intestinale. Mais voilà que ce terme a été rebaptisé microbiote. Le microbiote intestinal est l'ensemble des micro-organismes (majoritairement des bactéries) vivant dans l'intestin.

 

Le microbiote en chiffres :

 

  • 100 milliards de bactéries soit 10 x plus de bactéries que de cellules dans tout le corps
  • 3.3 milions de gènes (comparé à 23 milles pour le corps humain)

 

Le microbiote est de plus en plus reconnu comme un organe à part entière car il influence de manière importante la santé. Les milliards de micro-organismes qui peuplent l’intestin ne sont pas de vulgaires parasites. Ils sont très actifs et très utiles. Comme l’ensemble de nos organes, le microbiote intestinal est dynamique et capable de s’adapter à son environnement. Des données expérimentales ont montré qu’un déséquilibre dans la composition du microbiote pourrait être néfaste pour la santé.

 

Des expériences menées auprès d’animaux ayant un intestin stérile (sans bactéries ou autres micro-organismes) ont permis de saisir l’importance des microbes de l’intestin. Sans eux, la croissance, le développement et le maintien de la santé à l’âge adulte sont menacés. À titre d’exemple, les animaux stériles…:

 

  • ont des organes (cœur, foie, poumons) plus petits
  • ont des fonctions vitales (respiration et battements cardiaques) moins efficaces
  • ont un système immunitaire affaibli et sont plus susceptibles aux infections
  • mangent plus.

 

 

On peut dire qu’on vit en symbiose avec les microorganismes de notre intestin. C'est-à-dire qu’on se rend mutuellement service. Le microbiote agit à titre de barrière contre les infections tout en aidant au développement et à la maturation du système immunitaire. Il contribue également à la conversion des aliments en éléments nutritifs et en énergie, de même qu’à la synthèse de vitamines indispensables à l’organisme. Quant à nous, nous nourrissons les bactéries de notre système digestif avec les aliments que nous mangeons. Nos habitudes alimentaires favorisent le développement de certaines bactéries au détriment de d’autres. L’équilibre entre les différentes souches de bactéries intestinales influence notre santé. De récentes expériences chez la souris apportent un nouvel éclairage sur l’implication du microbiote intestinal dans plusieurs maladies non digestives comme l’obésité, le diabète, l’asthme, etc.

 

Microbiote et poids?
Il y a également des percées intéressantes dans le domaine de l’obésité. Des études ont comparé le microbiote de personnes minces à celui de personnes obèses. Résultats: le microbiote de ces deux groupes est différent. En fait, c’est l’équilibre entre les familles de bactéries qui est différent. Bien que le lien entre les déséquilibres bactériens et l’obésité ne soit pas clairement démontré, le sujet soulève plusieurs questions et hypothèses, et fait l’objet de nombreuses recherches.

 

Selon certains chercheurs, étant donné que l’intestin produit des hormones qui contrôlent l’appétit, il serait probable que la composition du microbiote influence les comportements alimentaires. Ainsi, avoir une alimentation riche en matières grasses pourrait favoriser des bactéries qui incitent à manger encore plus. Ces résultats ont été effectués chez les animaux et ne sont pas encore applicables à l’humain. Toutefois, plusieurs chercheurs croient que le rééquilibre de bactéries du système digestif pourrait avoir un impact positif sur le poids et la santé des individus.

Chez des animaux obèses, l’ajout d’un probiotique (cultivé en laboratoire et non ceux présents dans nos aliments) au microbiote a pour effet de les faire manger moins et ainsi diminuer le poids.

 

Bien sûr, on est loin de la coupe aux lèvres et de pouvoir appliquer ces principes à l’humain pour régler le problème de l’obésité. Toutefois, les liens que nous entretenons avec les bactéries de notre système digestif nous mènent directement vers une nouvelle ère de recherche scientifique, qu’il faudra suivre assurément.

 

Une chose est certaine, on ajoute un nouveau rôle à notre alimentation : celui de nourrir notre microbiote et contribuer à son équilibre!

 

Il semblerait que le microbiote des Nords-Américains serait moins diversifié que celui de d’autres populations ailleurs dans le monde. Est-ce le prix d’une alimentation industrielle? D’un usage massif d’antibiotiques ? Qu’en pensez-vous ?