Le point sur l’acrylamide

Salubrité alimentaire

En 2010, un comité d’experts (Joint Food and Agriculture Organization/World Health Organization Expert Committee on Food Additives (JECFA)) concluait que l’acrylamide présentait un danger potentiel pour la santé humaine et suggérait que davantage d’études à long terme soit faite. Voyons-y de plus près!

En avril 2002, des scientifiques suédois sonnaient l’alarme : les frites, les croustilles, les céréales à déjeuner et le pain contiennent une substance potentiellement cancérigène, l’acrylamide.

L’acrylamide est une substance connue depuis des décennies : elle est notamment utilisée dans le traitement de l’eau potable et dans l’industrie du papier, des cosmétiques et du plastique.

Auparavant, les scientifiques ne connaissaient que deux sources possibles d’ingestion d’acrylamide : l’eau potable traitée (en infime quantité) et la fumée de cigarette. Puis, en avril 2002, la découverte d’acrylamide dans certains aliments sème la panique à travers le monde.

Les modes de cuisson : les grands responsables

L’acrylamide est le résultat des réactions chimiques qui surviennent lorsque les glucides des aliments sont cuits à haute température (plus de 120 °C ou 250 °F).

Les aliments riches en amidon (glucide complexe) comme les pommes de terre et les aliments à base de farine contiennent un type d’acide aminé, l’asparagine. À des températures élevées, l’asparagine réagit avec les sucres naturels des aliments pour former de l’acrylamide.

Les aliments frits, cuits au four ou à feu maximal de même que les aliments transformés sont donc susceptibles de contenir cette substance. Les frites et les croustilles présentent les plus hauts taux d’acrylamide. Nous en retrouvons aussi dans le café prêt à boire, le pain grillé, les céréales, les biscuits, le maïs soufflé et les craquelins.

Certes, une exposition prolongée à de fortes doses d’acrylamide pure provoque des cancers chez les rongeurs, mais il n’en est pas nécessairement de même de l’acrylamide formée dans les aliments.

En 2008, une étude épidémiologique, menée auprès de femmes néerlandaises postménopausées, a étudié l’ingestion d’acrylamide en lien avec le cancer. Par contre, aucun lien n’a été trouvé entre la consommation d’acrylamide et l’apparition de certains cancers.

Depuis 2009, Santé Canada a mis au point un programme de surveillance des denrées alimentaires susceptibles de contenir de l’acrylamide dans le but de préparer une base de données plus exhaustive à son sujet. À partir des recherches, ils ont statué l’exposition alimentaire moyenne des adultes à l’acrylamide entre 0,3 et 0,4 microgramme par kilogramme de poids corporel par jour. Étant donné que cet apport est en fonction du poids corporel, les enfants (âgés d’un à huit ans) consomment de plus grandes quantités d’acrylamide que les personnes de tous les autres groupes d’âge. Cependant, compte tenu du manque de données sur les effets de l’acrylamide des aliments sur la santé, aucune recommandation ne peut être faite pour le moment.

En outre, Santé Canada incite, tout de même, l’industrie alimentaire à poursuivre ses efforts de réduction de l’acrylamide dans les aliments transformés. Il va jusqu’à permettre, depuis mars 2012, l’usage de l’asparaginase dans certains produits alimentaires. Cet agent ajouté permet de réduire la quantité d’asparagine dans les produits afin de diminuer la quantité d’acrylamide produite pendant la cuisson.

Du bon et du mauvais dans tout…

La plupart des aliments contiennent naturellement des composés potentiellement cancérigènes et des composés combattant le cancer.

Dans certains aliments, comme les légumes et les fruits, les bénéfices surpassent sans aucun doute les risques. Les aliments frits sont des aliments peu intéressants en terme de valeur nutritionnelle, car ils fournissent peu de vitamines, de minéraux et ils sont riches en  gras.

Santé Canada conseille de limiter la consommation d’aliments frits comme les croustilles et les frites. Si vous cherchiez une autre bonne raison de réduire votre consommation de frites et de croustilles, la voilà!

Mais les aliments contenant des glucides cuits au four comme le pain et les céréales à déjeuner feront toujours partie d’une alimentation équilibrée.

La fumée de cigarette demeure la plus importante source d’acrylamide au sein de la population générale. Pour réduire les risques de cancer, cessez de fumer et adoptez une alimentation diversifiée et équilibrée, riche en fruits et en légumes, et modérée en aliments gras et frits. Avec cette formule, vous êtes sûr de gagner sur tous les plans!

lien Santé Canada: www.hc-sc.gc.ca/francais/media/communiques/2005/dec_acrylamide2.html

Références

  • Acrylamide: are fears bona fide? Health News 2003; 9(2): 6-7.
  • Ahn JS, Castle L, Clarke DB, Lloyd AS, Philo MR, Speck DR. Verification of the findings of acrylamide in heated foods. Food Addit Contam 2002; 19(12): 1116-24.
  • Becalski A, Lau BP, Lewis D, Seaman SW. Acrylamide in foods: occurrence, sources, and modeling. J Agric Food Chem 2003; 51(3): 802-8.
  • Granath F, Törnqvist M. Who knows whether acrylamide in food is hazardous to humans? Journal of the National Cancer Institute 2003; 95 (12): 842-843.
  • Maitani T. [Acrylamide in foods]. Shokuhin Eiseigaku Zasshi 2002; 43(6): J348-51.
  • Mitka M. Fear of frying: is acrylamide in foods a cancer risk? JAMA 2002; 288(17): 2105-6.
  • Mottram DS, Wedzicha BL, Dodson AT. Acrylamide is formed in the Maillard reaction. Nature 2002; 419(6906): 448-9.
  • Mucci LA, Dickman PW, Steineck G, Adami HO, Augustsson K. Dietary acrylamide and cancer of the large bowel, kidney, and bladder: absence of an association in a population-based study in Sweden. Br J Cancer 2003; 88(1): 84-9.
  • Pelucchi C, Franceschi S, Levi F, Trichopoulos D, Bosetti C, Negri E et al. Fried potatoes and human cancer. Int J Cancer 2003; 105: 558-60.
  • Reynolds T. Acrylamide and cancer: tunnel leak in Sweden prompted studies. J Natl Cancer Inst 2002; 94(12): 876-8.
  • Sharp D. Acrylamide in food. Lancet 2003; 361(9355): 361-2.
  • Shaw I, Thomson B. Acrylamide food risk. Lancet 2003; 361(9355): 434.
  • Sorgel F, Weissenbacher R, Kinzig-Schippers M, Hofmann A, Illauer M, Skott A et al. Acrylamide: increased concentrations in homemade food and first evidence of its variable absorption from food, variable metabolism and placental and breast milk transfer in humans. Chemotherapy 2002; 48(6): 267-74.
  • Stadler RH, Blank I, Varga N, Robert F, Hau J, Guy PA et al. Acrylamide from Maillard reaction products. Nature 2002; 419(6906): 449-50.
  • Tareke E, Rydberg P, Karlsson P, Eriksson S, Tornqvist M. Acrylamide: a cooking carcinogen? Chem Res Toxicol 2000; 13(6): 517-22.
  • Tareke E, Rydberg P, Karlsson P, Eriksson S, Tornqvist M. Analysis of acrylamide, a carcinogen formed in heated foodstuffs. J Agric Food Chem 2002; 50(17): 4998-5006.
  • U.S. Food and Drug Administration. Exploratory Data on Acrylamide in Food- FY 2003 Total Diet Study Results. [En ligne]. http://www.cfsan.fda.gov/%7Edms/acrydat2.html. (Page consultée le 28 mai 2004).
  • Santé Canada: http://www.hc-sc.gc.ca/fn-an/securit/chem-chim/food-aliment/acrylamide/index-fra.php. Consulté le 12 septembre 2013
  • Hogervorst et al. 2007. A prospective study of dietary acrylamide intake and the risk of endometrial, ovarian and breast cancer. Cancer Epidemiol Biomarkers Prev 16(11): 2304-2313.
  • Olesen et al. 2008. Acrylamide exposure and incidence of breast cancer among postmenopausal women in the Danish Diet, Cancer and Health Study. Int J Cancer online Jan 8, 2008.
  • A. Becalski, B. Lau, D. Lewis, S. Seaman, S. Hayward, M. Sahagian, M. Ramesh and Y. Leclerc. 2004. Acrylamide in French Fries, Influence of Free Amino-Acids and Sugars. J. Agric. Food Chem., , 52, 3801-3806

Laisser un commentaire