Gilmore girls et l’apologie de la malbouffe

Blogue

e ne sais pas pour vous, mais selon moi, la meilleure nouvelle de la semaine n’avait aucun lien avec les élections. Non, la vraie nouvelle d’importance est que Gilmore girls revient sur Netflix avec de nouveaux épisodes!!!! Oh. My. God!

J’avais 12 ou 13 ans lorsque j’ai découvert la série et tous les habitants de Stars Hollow à Vrak TV. Lors d’un moment de nostalgie au début de cette année, j’ai réussi à convaincre mon chum de se (re)taper avec moi les 153 épisodes de 42 minutes. C’est littéralement notre « projet Netflix » de l’année!

Mais voilà. J’en suis presque à la fin de la 6e saison, et c’est impossible pour moi de regarder à nouveau la série sans qu’un détail ne me saute aux yeux : les Gilmore girls mangent si mal! Et comme la nourriture fait partie intégrante de l’émission, je ne peux passer à côté d’une petite analyse du menu de Rory et Lorelai. (Avant que quelqu’un ne me fasse la remarque : oui, je sais que ce sont des personnages fictifs. Ayez donc un peu de plaisir dans la vie!)

Que mangent/boivent les Gilmore girls?

1)      Du café

Café, café, café… Il s’agit probablement d’un des mots qui sort le plus souvent de la bouche de nos deux caféinomanes préférées. En 7 saisons, 503 tasses de café ont été bues par les Gilmore girls. 503! L’eau, c’est pour les autres! Pas besoin de se demander pourquoi elles parlent aussi vite.

2)      Du fast-food

Les filles passent leur temps chez Luke’s (on sait pourquoi), un petit resto de quartier où leur menu habituel est constitué de crêpes, de cheeseburger, de frites, de rondelles d’oignon, de boissons gazeuses, de beignes et de gâteaux. Au moins un repas par jour y est mangé, accompagné, bien sûr, de quelques tasses de café!

Et que dire des nombreuses soirées cinéma qui sont complémentées par la livraison de mets chinois et/ou de pizza, mais aussi par des montagnes de bonbons et d’autres sucreries.

Quand Rory déménage sur le campus de Yale, quelle est une des premières choses que Lorelai fait? Commander de tous les restaurants à proximité du campus et goûter à tous les plats, dans le but de déterminer les meilleurs choix. C’est peut-être un peu sa façon de s’assurer que sa fille ne manquera pas d’options pour la base de son alimentation!

3)      Des aliments transformés

Lorelai, en mère indigne assumée, ne sait pas cuisiner. Son four est purement esthétique et n’a été utilisé que quelque fois dans toute la série, mais pas par elle.  Cependant, contrairement à sa mère Emily, elle ne dispose pas de cuisiniers à domicile pour préparer de bons petits plats.

À la maison, quand elles ne se font rien livrer ou qu’il ne reste plus de mets chinois qui trainent dans le réfrigérateur, elles se nourrissent exclusivement d’aliments retrouvés dans des boîtes ou des sacs, que ce soit des pop-tarts, des céréales sucrées, des tater tots, des croustilles ou des biscuits.

En fait, comme l’explique Lorelai, les premières tartelettes Pop-tarts qu’elle a mangées avaient un goût de liberté et d’indépendance. Cette façon de (mal) s’alimenter est donc carrément une façon de rejeter la vie que ses parents planifiaient pour elle et qu’elle méprise au plus profond de son être.

4)      Le souper chez les Gilmore

Un des seuls repas cuisinés que les filles consomment de façon régulière est le souper chez les grands-parents le vendredi soir. C’est le seul soir où elles ingèrent des fruits et des légumes sous une forme ou une autre, après avoir ingurgité 2 ou 3 martinis (pour Lorelai).

Liat Kornowski, une blogueuse du Huffington Post, a calculé la quantité de calories consommées par les filles en une journée, en analysant trois repas « typiques ». Chaque fille aurait consommé près de 4000 calories quotidiennement, soit plus du double des calories qu’elles devraient réalistement ingurgiter.

Les Gilmore girls : un modèle inatteignable

Si les Gilmore girls étaient réelles, elles ne seraient vraiment pas aussi en forme qu’elles en ont l’air. Elles manqueraient cruellement de nutriments et souffriraient probablement de maladies chroniques typiques de la société nord-américaine qui se tourne vers l’industrie pour se nourrir. Je suis même prêt à parier que Rory souffrirait du diabète avant d’entrer à l’université.

Non, les Gilmore girls ne pourraient exister « dans la vraie vie », mais elles peuvent malheureusement représenter un rêve inaccessible pour celles et ceux qui se préoccupent de leur alimentation ou de leur poids, de la même façon que les mannequins trop minces et retouchées. Après tout, ce sont deux belles femmes minces, apparemment en santé, qui ne se préoccupent pas de leur poids et qui mangent ce qu’elles veulent. C’est d’ailleurs à partir de cette prémisse qu’une abonnée aux régimes a tenté, en 2010, la « Gilmore Girl diet » pour tenter de retrouver une relation saine avec les aliments. Résultat? Après deux mois à manger ce qu’elle voulait, quand elle le voulait, comme les protagonistes de l’émission, elle a dû se rendre à l’évidence que ce n’était pas la meilleure façon de s’alimenter, ni pour sa santé physique, ni pour sa santé mentale.

Il ne faut pas oublier non plus que cette image irréelle que projettent les Gilmore girls peut certainement influencer nos propres choix alimentaires au quotidien. Il a été prouvé que le fait de voir des gens consommer certains types d’aliments à la télévision pouvait donner envie d’en manger également. Je suis moi-même conscient d’avoir été influencé par l’émission, de m’être fait la réflexion totalement irrationnelle que si « elles peuvent le faire, pourquoi pas moi? » et de commander de la pizza ou un cheeseburger pour accompagner mon « binge-watching » de Gilmore girls.

La (mal)bouffe : une des raisons du succès de la série?

Dans une chronique pour le plus récent numéro du magazine Caribou, Benoit Roberge, animateur de Sur le pouce, écrit qu’une des raisons du succès de sa série sur les casse-croûtes du Québec tient au fait qu’il enfreint les lois alimentaires du « normalement acceptable » et ce, sans culpabilité palpable à l’écran.

Comme dans Sur le pouce, la nourriture est centrale à la série Gilmore girls. Elle y est présente dans la majorité des scènes. Et c’est peut-être un peu cette relation qu’entretiennent les personnages principaux avec les aliments, qui, d’un côté est totalement décadente, et de l’autre, n’a aucun effet néfaste sur leur santé ou leur physique, qui attire les gens et fait rêver.

Mais c’est peut-être également le côté routinier et prévisible de leur alimentation qui fait simplement du bien. Après tout, s’il y a une chose que je sais, une constante dans cet univers qui permet de me réconforter, c’est que peu importe ce qui arrivera dans les nouveaux épisodes, même si Stars Hollow était balayée par la mode du sans gluten ou du paléo, on pourra toujours retrouver Rory et Lorelai chez Luke’s, un café à la main.

Laisser un commentaire