Sans gluten, encore tendance?

Blogue

Parmi le palmarès des 20 tendances de 2015 selon plusieurs chefs, présentées dans le dernier blogue d’actualité d’Extenso, la cuisine sans gluten glisse de la 5e place à la 12e place. Une mode sur le point d’être enterrée? Un regard sur le futur du marché des aliments sans gluten.

Les aliments sans gluten sont ceux qui ont connu la plus forte croissance sur le marché canadien dans la catégorie intolérances alimentaires. On parle d’une croissance annuelle de 26 % de 2008 à 2012. Les ventes au Canada en 2012 sont estimées entre 27 et 460 millions de dollars selon les sources. En 2013, les aliments sans gluten constituaient 15,4 % du nombre de nouveaux produits lancés sur le marché canadien comparativement à 4,5 % en 2007. Cela représente 2 541 nouveaux produits alimentaires sur le marché canadien portant la mention « sans gluten » pour cette période. Sans gluten à l’épicerie, sans gluten au restaurant, sans gluten en librairie, une popularité à l’échelle planétaire, un marché en plein essor… pour le moment du moins.

Une telle croissance du marché indique sans aucun doute une forte demande de la part des consommateurs. Considérant que 1 % de la population canadienne est atteinte de la maladie cœliaque (dont le seul traitement est d’adopter un régime strict sans gluten à vie) et qu’uniquement 10 % de ces personnes ont reçu un diagnostic, qui est responsable de l’explosion des ventes? Selon les statistiques, c’est près de 10 millions de Canadiens qui sont à la recherche d’aliments sans gluten : 350 000 personnes cœliaques, plus de 2 millions de Canadiens qui ont une sensibilité au gluten, et plus de 7 millions de personnes qui évitent le gluten pour des raisons non médicales, que ce soit la santé, dans l’espoir d’une perte de poids, ou sous l’influence des célébrités, des motifs qui sèment le doute dans la communauté scientifique. Ce portrait devrait cependant s’effacer au cours des prochaines années considérant la validité des informations à propos du gluten qui seront véhiculées.

Une vague de nouveauté, au bonheur des cœliaques

L’engouement de la population pour les produits sans gluten a des impacts favorables pour les personnes atteintes de la maladie cœliaque :

  1. De spécialisés à grandes chaînes : Il y a quelques années, il était difficile de trouver des aliments sans gluten. Aujourd’hui, ils sont offerts dans pratiquement toutes les épiceries et les grandes chaînes disposent même de marques maison, pensons à Sobeys et Métro par exemple. Des compagnies multinationales se sont également jointes au mouvement sans gluten, telles que General Mill ®, Dare ®, Barilla ®, etc.
  2. Des restaurants qui accueillent les « noglu »: Depuis 2010, les chefs remarquent une hausse de la demande de mets sans gluten et se soucient d’y répondre. Selon eux, cette tendance devrait rester au menu pour les 10 prochaines années.
  3. Enfin un prix qui se rapproche du raisonnable : En 2006, les produits sans gluten étaient plus du double du prix (242 %) de leur équivalent contenant du gluten. Aujourd’hui, ils sont encore dispendieux, mais leur prix s’élève maintenant à un peu plus d’une fois et demi (162 %) celui de leur comparable.
  4. La demande influence l’offre : Les compagnies tentent de répondre au souhait de certains consommateurs exigeant une meilleure qualité nutritionnelle des produits sans gluten. Bien que selon les analyses récentes (2013), les produits sans gluten sont de façon générale plus riches en gras et en sucre pour compenser la perte de texture due à l’absence de gluten, on remarque quelques progrès pour d’autres aspects. L’ajout de fibres et l’utilisation d’une grande variété de grains sans gluten (amarante, millet, quinoa, teff, etc.) sont de plus en plus communs.

Le côté sombre de la popularité

Une telle frénésie pour le sans gluten a aussi pour impact de banaliser la maladie cœliaque. Certains vont au restaurant et commandent des pâtes sans gluten pour ensuite terminer le repas d’un brownie plein de blé et d’autres, dans l’obligation, commandent une salade en prenant plusieurs précautions et la reçoivent garni de croûtons, le serveur proposant de les retirer (ce qui ne suffit pas pour une personne qui a la maladie coeliaque).

La diète stricte sans gluten est l’une des plus difficiles à adopter. Malheureusement, certains n’ont pas le choix de s’y soumettre et d’autres se trompent peut-être de cible. Les experts prévoient que la croissance du marché sans gluten devrait ralentir d’ici 2016, en raison d’un changement de perception des consommateurs non cœliaques. Malgré la baisse prévue de popularité auprès de cette cible, le nombre de personnes diagnostiquées devrait augmenter au cours des prochaines années, attribuable à une meilleure connaissance de la maladie par la population, ce qui continuera de soutenir la consommation de produits sans gluten.

Bref, un futur incertain, mais un présent bien certain : la mode « sans gluten » laisse sa trace,  un coup de pouce pour les personnes atteintes de la maladie cœliaque.

Laisser un commentaire