Le poisson réduit les risques d’Alzheimer

De plus en plus d’études démontrent que ce qui est bon pour votre cœur peut également l’être pour votre cerveau. La consommation régulière de poisson semble être, une fois de plus, un incontournable pour la santé.

Selon de récentes études, consommer du poisson une fois par semaine réduirait de 60 % le risque de développer la maladie d’Alzheimer. Et plus vous en mangez, plus les bénéfices augmentent!

Les propriétés bénéfiques des poissons seraient, entre autres, attribuables à l’ADH (acide docosahexanoïque). Cet acide gras de type oméga-3 constitue le principal matériau de base des cellules du cerveau. De plus, il est particulièrement abondant dans certaines parties très actives du cerveau. Les oméga-3 réduisent également les réactions inflammatoires, dont certaines sont impliquées dans la maladie d’Alzheimer.

Plusieurs études suggèrent que les cellules du cerveau des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer présenteraient une moins grande concentration d’ADH. Chez des modèles animaux, un apport accru en oméga-3 DHA a permis d’améliorer des fonctions d’apprentissage et de mémoire, et de réduire les dommages neuronaux. D’autres recherches sont cependant nécessaires pour connaître leur implication dans la prévention ou le développement de la maladie d’Alzheimer et d’autres types de démence chez l’humain.

L’ADH : un acide gras «allumé»

L’ADH joue plusieurs rôles importants sur le plan cérébral :

  • Il est essentiel à la croissance et au développement fonctionnel du cerveau des enfants;
  • Il est aussi requis pour le maintien des fonctions cérébrales chez l’adulte;
  • Un apport adéquat en ADH permet d’améliorer les capacités d’apprentissage, alors que des déficits sont associés à des difficultés d’apprentissage.

D’une pierre deux coups!

Pas de risques de confusion possible : en prenant soin de la santé de votre cœur, vous dorlotez également votre cerveau.

De plus en plus d’études suggèrent que les stratégies alimentaires recommandées pour la prévention des maladies cardiaques s’appliquent également pour la prévention de l’Alzheimer :

  • Substituer le gras animal par des gras retrouvés dans le poisson, les huiles végétales et les noix;
  • Consommer beaucoup de fruits et de légumes;
  • Maintenir un poids santé;
  • Pratiquer une activité physique de façon régulière.

Selon certaines études, les bienfaits du poisson sur les fonctions cérébrales ne seraient pas seulement attribuables aux oméga-3, mais aussi à d’autres composantes. Et même si des études supplémentaires sont requises pour confirmer les résultats obtenus jusqu’à maintenant quant au lien avec la maladie d’Alzheimer, il existe de nombreux avantages à consommer régulièrement du poisson. Faites-lui une place dans votre assiette au moins une à deux fois par semaine!

Laisser un commentaire