Afin d’éviter la pêche au mercure

Salubrité alimentaire

Le mercure est un métal qui existe sous différentes formes dans la nature et le poisson en constitue la principale source de contamination pour l’homme. Voici comment profiter, sans danger, de cet aliment santé ;le poisson!

Valeur nutritive du poisson

Le poisson constitue une excellente source de protéines de haute qualité. De plus, les matières grasses du poisson (acides gras oméga-3) sont bénéfiques pour la santé du cœur et la santé mentale.

Pour une bonne dose d’acides gras oméga-3, choisissez des poissons gras comme le saumon, le hareng, le maquereau, l’anguille, la sardine, le thon rouge, la truite saumonée, l’alose et la lamproie.


Mangez deux repas de poisson par semaine pour diminuer les risques de maladies cardiovasculaires.


Du mercure dans mon poisson?

Le poisson est la principale cause de contamination au mercure pour l’humain, c’est vrai. Mais ne vous alarmez pas trop vite : pour minimiser la quantité de mercure dans votre assiette, il suffit de bien choisir les poissons à cuisiner…

Les risques de contamination augmentent si :

  • le poisson est gros, et
  • c’est un poisson prédateur (thon, requin) ou d’eau douce (truite, brochet).

Ainsi, certains poissons contiennent une concentration plus élevée de mercure que la dose permise par Santé Canada. Pour cette raison, leur consommation doit être limitée.

Voici quelques tableaux incluant les limites permises par Santé Canada. Notez qu’une portion du GAC est égale à 75 grammes.

Adultes (sauf femmes enceintes, qui souhaitent le devenir ou allaitantes) et adolescents :

Limite Poissons de pêche commerciale
6 portions par semaine Saumon, morue, flétan, sole, goberge, plie, crevettes, pétoncles, moules, thon pâle en conserve, grand corégone, omble de fontaine (truite mouchetée), autres truites (sauf le touladi), éperlan arc-en-ciel, poulamon, alose savoureuse
3 portions par semaine ou 12 portions par mois Thon frais ou congelé, requin, espadon, barbote, perchaude, crapet, esturgeon, lotte, meunier, escolar, voilier, hoplostète orange, mammifères marins
1 portion et demie par semaine ou 6 portions par mois Doré jaune, achigan, maskinongé, brochet, touladi (truite grise)

Femmes enceintes, qui souhaitent le devenir ou allaitantes :

Limite Poissons de pêche commerciale
6 portions par semaine Saumon, morue, goberge, flétan, sole, plie, crevettes, pétoncles, moules, thon pâle en conserve, grand corégone, omble de fontaine (truite mouchetée), autres truites (sauf le touladi), éperlan arc-en-ciel, poulamon, alose savoureuse
4 portions par semaine ou 12 portions par mois Thon blanc en conserve
3 portions par mois Thon frais ou congelé, requin, espadon, escolar, voilier, hoplostète orange, mammifères marins
A Éviter Maskinongé, brochet, achigan, doré, touladi (truite grise)

Enfants

Limite Poissons de pêche commerciale
6 portions par semaine Saumon, morue, goberge, flétan, sole, plie, crevettes, pétoncles, moules, thon pâle en conserve, grand corégone, omble de fontaine (truite mouchetée), autres truites (sauf le touladi), éperlan arc-en-ciel, poulamon, alose savoureuse
Max 2 portions par semaine ou 12 portions par mois Thon blanc en conserve (maximum de 1 portion (75 g)par semaine pour un enfant de 1 à 4 ans et de 2 portions (150 g)par semaine pour un enfant de 5 à 11 ans)
1 à 1 portion et demie par mois Thon frais ou congelé, requin, espadon, escolar, voilier, hoplostète orange, mammifères marins
A Éviter Maskinongé, brochet, achigan, doré, touladi (truite grise)

Le pêcheur amateur doit lui-même vérifier la quantité de poisson qu’il peut consommer sans risque. À l’aide du Le guide de consommation du poisson de pêche sportive en eau douce. , le pêcheur amateur peut rapidement connaître le nombre de repas de poisson recommandés par mois selon le site de pêche et l’espèce de poisson.


Quel thon en conserve choisir ?

Pour la conserve, deux sortes de thon sont utilisés : le thon pâle et le blanc. Le thon pâle qui comprend le thon listao, le thon à nageoires jaunes ou la thonine à ventre rayée, est un poisson beaucoup plus petit que celui que l’on consomme frais. Il contient donc moins de contaminants. Par contre, le thon blanc, aussi nommé thon garmon, est lui plus gros que le pâle et comme c’est un poisson prédateur, il contient environ 2 fois plus de mercure que le pâle.

Ainsi, des précautions particulières concernant le thon blanc sont recommandées pour les personnes vulnérables :

  • Les femmes enceintes ou qui prévoient le devenir et les femmes qui allaitent devraient consommer un maximum de 300 g de thon blanc en conserve, ce qui équivaut à 4 portions par semaine.
  • La consommation de thon blanc en conserve pour les enfants de 1 à 4 ans devrait être limitée à 75 g par semaine et à 150 g par semaine, soit deux portions, pour les enfants de 5 à 11 ans.

Le mercure et la santé

Le corps est incapable de rejeter le mercure consommé par le biais des aliments, et son accumulation dans les tissus peut avoir de graves conséquences : perturbation du système nerveux et du fonctionnement des reins et du cœur ainsi que malformations congénitales.

Le mercure se rend facilement dans le cerveau, où il peut demeurer pendant une longue période. Chez la femme enceinte, il peut traverser le placenta et s’accumuler dans le cerveau et les autres tissus du fœtus. Le lait maternel peut également transmettre le mercure au bébé.

L’intoxication au mercure par accumulation dans les tissus est appelée « maladie de Minamata », du nom d’une baie au Japon où la pollution industrielle a causé l’intoxication de plusieurs personnes ayant consommé du poisson contaminé.

Les principaux symptômes sont :

  • des changements de personnalité ;
  • des troubles de vision ;
  • la surdité ;
  • une perte de coordination musculaire ;
  • des problèmes de mémoire.

Le mercure consommé s’accumule dans les tissus. Et il n’existe aucun traitement pour déloger ce métal de l’organisme. Mais il vous reste encore la meilleure arme qui soit : la prévention.

Liens utiles :

Thon en conserve – mise à jour Santé Canada
Gouvernement du Québec
Le mercure et la santé humaine – Santé Canada

Références

  • Santé Canada. Communiqué de presse. Santé Canada avise certains groupes de limiter leur consommation de thon blanc en conserve. (En ligne) httsp://www.hc-sc.gc.ca/ahc-asc/media/advisories-avis/_2007/2007_14_f.html. (Page consultée le 26 juillet 2010).
  • Santé Canada. Concentration de mercure dans le poisson. (En ligne) https://www.hc-sc.gc.ca/ahc-asc/media/advisories-avis/_2002/2002_41_f.html (Page consultée le 26 juillet 2010)
  • Agence canadienne d’inspection des aliments. Le mercure et la consommation de poisson. (En ligne) https://www.inspection.gc.ca/francais/fssa/concen/specif/mercuryf.shtml. (Page consultée le 26 juillet 2010).

Laisser un commentaire