Au restaurant chinois

Manger à l’extérieur

Riche en légumes et en soya, la diète asiatique traditionnelle jouit d’une réputation «santé». Or, le menu des restaurants chinois américanisés reflète une tout autre réalité. Cinq pièges à éviter pour profiter pleinement de la cuisine asiatique…


Piège n° 1: Les rouleaux impériaux


Une assiette typique de deux rouleaux impériaux fournit environ 380 Calories et plus de 20 g de gras, soit l’équivalent de deux beignes glacés!

En entrée, choisissez plutôt les salades aux germes de soja, les bouchées vapeur (dumplings), un rouleau de printemps ou une soupe (sans les nouilles frites qui ajoutent jusqu’à 150 kCal par ½ tasse ou 125 ml). Les entrées de poissons et de fruits de mer (non frits) figurent aussi parmi les meilleurs choix d’entrées.

Si vous ne pouvez résister aux rouleaux impériaux (egg roll), partagez l’entrée avec un ami.


Piège n° 2: Les aliments frits


Les menus des restaurants chinois regorgent d’aliments frits: le riz cantonnais, les rouleaux impériaux, les nouilles frites, les épinards croustillants, le poulet du général Tao, les mets sichuanais, le bœuf croustillant à l’orange, les spareribs, les bananes frites, etc.

La friture augmente considérablement la quantité de Calories et de matières grasses des plats! Exemple : 1 tasse de riz frit contient 2 fois plus de Calories et 37 fois plus de gras que le riz blanc cuit à la vapeur!

Prenez l’habitude de commander des plats cuits à la vapeur ou sautés.


Piège n° 3: Les arachides, les noix et les graines


Les arachides, les graines de sésame et les amandes constituent d’excellentes sources de protéines, mais fournissent également beaucoup de Calories.

Si vous choisissez un plat contenant des arachides, des noix ou des graines, demandez que le cuisinier en réduise la quantité.


Piège n° 4: Les sauces


Sauce hoi-sin ou aux prunes… Autant de sources de sodium et de Calories (environ 35 Cal par 15 ml ou c. à table de sauce).

Utilisez votre fourchette plutôt que la cuillère pour en arroser votre plat. Vous serez ainsi moins tenté d’en abuser.


Piège n° 5: Les portions


Au restaurant, les assiettes peuvent souvent constituer deux repas. Mangez avec des baguettes : cela vous laissera le temps de vous sentir rassasié.

Et dès que la faim ne se fait plus sentir, déposez vos baguettes et demandez un sac pour emporter le reste à la maison. Vous aurez ainsi un délicieux lunch pour le lendemain.


Du MSG pour plus de saveur…

Le glutamate monosodique est un additif alimentaire souvent utilisé dans la cuisine asiatique pour rehausser la saveur des aliments. Il ajoute un cinquième goût appelé «umami», qui rappelle le goût d’un bouillon ou d’une viande.

Le glutamate a longtemps été accusé du «syndrome du restaurant chinois»: sensations de brûlure dans la nuque, serrements à la poitrine, nausées et sueurs. Mais les études scientifiques n’arrivent pas à démontrer un lien direct entre le glutamate et ces symptômes.

L’utilisation de MSG en quantité raisonnable est inoffensive pour la grande majorité des gens. Toutefois, il n’est pas impossible qu’une petite partie de la population éprouve une certaine intolérance à ce produit.

Si vous pensez être sensible au glutamate monosodique, consultez un médecin.


Références

  • Geha RS, Beiser A, Ren C, Patterson R, Greenberger PA, Grammer LC et al. Review of alleged reaction to monosodium glutamate and outcome of a multicenter double-blind placebo-controlled study. J Nutr 2000; 130(4S Suppl): 1058S-62S.
  • Geha RS, Beiser A, Ren C, Patterson R, Greenberger PA, Grammer LC et al. Multicenter, double-blind, placebo-controlled, multiple-challenge evaluation of reported reactions to monosodium glutamate. J Allergy Clin Immunol 2000; 106(5): 973-80.
  • Walker R, Lupien JR. The safety evaluation of monosodium glutamate. J Nutr 2000; 130(4S Suppl): 1049S-52S.

Laisser un commentaire