Les oméga-3 constituent un traitement efficace pour les enfants hyperactifs

Santé mentale

Des chercheurs ont observé que certains enfants atteints de troubles de déficit de l’attention/hyperactivité (TDAH) présenteraient une carence en acides gras oméga-3. Cela signifie-t-il que ces enfants devraient prendre des suppléments alimentaires pour réduire les symptômes de ces troubles? Des quelques études menées sur le sujet, il ressort encore aujourd’hui plus de questions que de réponses…

Un trouble encore mal compris

Le TDAH est un trouble de comportement touchant de 3 à 5 % des enfants d’âge scolaire. Il existe 6 formes différentes de TDAH présentant différents symptômes.

De façon générale, les enfants atteints de ce trouble :

  • éprouvent de la difficulté à se concentrer ;
  • éprouvent de la difficulté à terminer un travail ;
  • sont impulsifs ;
  • sont facilement distraits.

Ces symptômes provoquent souvent d’autres problèmes à l’école, avec les amis et avec les membres de la famille.

Les origines de ce trouble sont encore mal connues. L’hérédité a certainement un rôle à jouer, mais l’environnement serait également en cause.

À ce jour, il n’existe aucun traitement curatif. Certains médicaments et des thérapies comportementales contribuent à réduire les symptômes de certains TDAH. Toutefois, les experts ne s’entendent pas sur la sécurité et l’efficacité de leur utilisation à long terme. De plus, les différentes formes de TDAH remettent en question la pertinence d’une seule approche thérapeutique.

Il s’effectue donc encore beaucoup de recherches dans le domaine pour identifier les causes du TDAH et élaborer des approches thérapeutiques efficaces et sécuritaires.

Les oméga-3 : la solution?

Les oméga-3 sont des acides gras essentiels (AGE), c’est-à-dire que l’organisme ne peut les synthétiser. On doit donc se les procurer par le biais de notre alimentation.

C’est au début des années 80 que des chercheurs ont, pour la première fois, observé que les enfants atteints de TDAH présentaient des taux sanguins d’acides gras oméga-3 (AGE) inférieurs à ceux des autres enfants. Quelques années plus tard, d’autres études ont indiqué que les enfants atteints de ce trouble présentaient des symptômes semblables à ceux provoqués par une carence en AGE. Et plus la fréquence des symptômes était élevée, plus les taux sanguins d’AGE étaient faibles… Et si la supplémentation en AGE permettait de réduire ces symptômes?

Pour répondre à cette question, quelques études cliniques ont été menées depuis. Les résultats sont toutefois contradictoires : certaines n’observent aucun bénéfice à la supplémentation, d’autres oui. Il ressort de ces études plus de questions que de réponses :

  • La supplémentation serait-elle bénéfique seulement à certaines formes de TDAH et pas à d’autres?
  • Certains types d’acides gras essentiels utilisés dans les suppléments seraient-ils plus efficaces que d’autres?
  • Les doses utilisées dans ces études sont-elles suffisantes pour produire un effet?
  • La durée de ces études permet-elle d’observer une réduction des symptômes?
  • Les faibles taux d’acides gras oméga-3 dans le sang sont-ils réellement causés par le TDAH ou ne découleraient-ils pas plutôt de conditions souvent liées à ce trouble comme la dyspraxie ou la dyslexie?

Qu’en disent les études actuelles?

Un recensement des études sur ce sujet a été effectué en juillet 2012 par un groupe de recherche. Le groupe a conclu que malgré les preuves limitées d’une amélioration des symptômes, il y a encore trop peu de données en faveur de la supplémentation en omega-3 comme traitement pour les enfants hyperactifs. Toutefois, compte tenu des faibles risques d’effets secondaires, d’autres chercheurs jugent que la supplémentation en oméga-3 serait envisageable comme complément au traitement pharmacologique ou pour les familles qui refusent les médicaments et thérapies habituelles.

Finalement, les données actuelles ne permettent pas aux spécialistes d’affirmer que la carence en acides gras essentiels soit la cause du TDAH, pas plus que la supplémentation en acides gras oméga-3 n’en réduise définitivement les symptômes.


Toutefois, il est important d’inclure dans son alimentation quotidienne des quantités suffisantes d’acides gras essentiels (AGE).

Chez la femme enceinte et chez celle qui allaite, ces acides gras assurent le bon développement nerveux et visuel du fœtus et du nourrisson. Ils contribuent également à vous protéger contre les maladies du cœur.

Une excellente façon d’augmenter la teneur en oméga-3 de votre alimentation est de manger du poisson grillé ou au four deux à trois fois par semaine. Les graines de lin, les œufs enrichis, l’huile de canola et les noix de Grenoble en contiennent également.


Références

  • Arnold LE, Kleykamp D, Votolato NA, Taylor WA, Kontras SB, Tobin K. Gamma-linolenic acid for attention-deficit hyperactivity disorder: placebo-controlled comparison to D-amphetamine. Biol Psychiatry 1989;25(2):222-8.
  • Burgess JR, Stevens L, Zhang W, Peck L. Long-chain polyunsaturated fatty acids in children with attention-deficit hyperactivity disorder. Am J Clin Nutr 2000;71(1 Suppl):327S-30S.
  • Haag M. Essential fatty acids and the brain. Can J Psychiatry 2003;48(3):195-203.
  • Harding KL, Judah RD, Gant C. Outcome-based comparison of Ritalin versus food-supplement treated children with AD/HD. Altern Med Rev 2003;8(3):319-30.
  • Hirayama S, Hamazaki T, Terasawa K. Effect of docosahexaenoic acid-containing food administration on symptoms of attention-deficit/hyperactivity disorder – a placebo-controlled double-blind study. Eur J Clin Nutr 2004;58(3):467-73.
  • Kidd PM. Attention deficit/hyperactivity disorder (ADHD) in children: rationale for its integrative management. Altern Med Rev 2000;5(5):402-28.
  • Marcason W. Can Dietary Intervention Play a Part in the Treatment of Attention Deficit and Hyperactivity Disorder? Journal of the American Dietetic Association 2005; 105 (7): 1061-62.
  • Mitchell EA, Aman MG, Turbott SH, Manku M. Clinical characteristics and serum essential fatty acid levels in hyperactive children. Clin Pediatr (Phila) 1987;26(8):406-11.
  • Richardson AJ, Puri BK. A randomized double-blind, placebo-controlled study of the effects of supplementation with highly unsaturated fatty acids on ADHD-related symptoms in children with specific learning difficulties. Prog Neuropsychopharmacol Biol Psychiatry 2002;26(2):233-9.
  • Richardson AJ, Puri BK. The potential role of fatty acids in attention-deficit/hyperactivity disorder. Prostaglandins Leukot Essent Fatty Acids 2000;63(1-2):79-87.
  • Ross BM, McKenzie I, Glen I, Bennett CP. Increased levels of ethane, a non-invasive marker of n-3 fatty acid oxidation, in breath of children with attention deficit hyperactivity disorder. Nutr Neurosci 2003;6(5):277-81.
  • Stevens LJ, Zentall SS, Abate ML, Kuczek T, Burgess JR. Omega-3 fatty acids in boys with behavior, learning, and health problems. Physiol Behav 1996;59(4-5):915-20.
  • Voigt RG, Llorente AM, Jensen CL, Fraley JK, Berretta MC, Heird WC. A randomized, double-blind, placebo-controlled trial of docosahexaenoic acid supplementation in children with attention-deficit/hyperactivity disorder. J Pediatr 2001;139(2):189-96.
  • Young GS, Maharaj NJ, Conquer JA. Blood phospholipid fatty acid analysis of adults with and without attention deficit/hyperactivity disorder. Lipids 2004;39(2):117-23.
  • Gillies D, Sinn JKh, Lad SS, Leach MJ, Ross MJ. Polyunsaturated fatty acids (PUFA) for attention deficit hyperactivity disorder (ADHD) in children and adolescents. Cochrane Database Syst Rev. 2012 Jul 11;7:CD007986.
  • Bloch MH, Qawasmi A. Omega-3 fatty acid supplementation for the treatment of children with attention-deficit/hyperactivity disorder symptomatology: systematic review and meta-analysis. J Am Acad Child Adolesc Psychiatry. 2011 Oct;50(10):991-1000.

Laisser un commentaire