Julia Child en 10 citations

Blogue

Il y a deux semaines, j’ai mis le cap vers Washington DC en compagnie d’une collègue gourmande pour visiter la cuisine de Julia Child, au National Museum of American History.

Sans doute connaissez-vous déjà Julia Child (1912-2004), figure importante de la cuisine chez nos voisins du sud. Vous avez peut-être vu le film Julie & Julia, visionné quelques épisodes de ses émissions culinaires, ou encore peut-être possédez-vous l’un ou l’autre de ses livres de recettes.

Pour ceux qui ne connaissent pas cette grande dame (au sens propre comme figuré – elle mesurait 6,2 po!), Julia Child a été en quelque sorte une pionnière de la cuisine française aux États-Unis dans les années 60’. Elle avait une façon amusante d’aborder la cuisine et un franc parlé qui ont fait d’elle une des premières vedettes d’émissions culinaires. Le public américain l’a rapidement adoptée.

À son décès, elle a laissé à l’histoire beaucoup plus que ses livres et sa cuisine exposée à Washington

DC. Outre ce patrimoine matériel, Julia Child lègue une philosophie qui associe la cuisine à la convivialité,

à une certaine simplicité et au plaisir. Cette amoureuse de la cuisine laisse aussi une ribambelle de

citations, témoins imagés de sa philosophie. J’en ai lu des centaines, et j’en partage ici quelques-unes qui, bien souvent, m’enlèvent les mots de la bouche…

10 citations choisies de

Julia Child

10- « You don’t have to cook fancy or complicated masterpieces – just good food from fresh ingredients. ». Qui a dit que cuisiner au quotidien était compliqué?

9 – « The only real stumbling block in the kitchen is fear of failure. In cooking you’ve got to have a what-the-hell attitude ». L’attitude détachée « c’est pas grave, on peut toujours rapiécer » comme on l’entend dans le film Julie & Julia rend la cuisine moins intimidante, invite à sortir des sentiers battus et ouvre la porte aux découvertes. Un bon truc pour être moins intimidé par un nouvel aliment ou une nouvelle recette, toujours selon Julia Child : « Never name a dish before you serve it. Your souffle falls in the oven? You’re now serving Fallen Souffle ».

8 – « We are all so used to buying chicken breasts, it’s hard to remember what a luxury they used to be when great-grandmother, and even grandmother, had to buy the whole bird just to get those two tender morsels »…. Intéressant, et vrai! Les aliments sont si accessibles et faciles à obtenir (ici et de nos jours) qu’on perd un peu la notion de leur réelle valeur en termes de coût environnemental et d’efforts requis pour leur production, transformation, transport et autres étapes jusqu’à l’assiette. On peut sans doute y voir un lien avec les quantités importantes de nourriture qui remplissent nos poubelles : il est plus facile de gaspiller ce qui a moins de valeur à nos yeux… Loin d’être culpabilisantes, des paroles comme celles-ci m’apparaissent être une sympathique incitation à considérer les aliments (auxquels on a la chance d’avoir accès) à leur juste valeur!

7- « The French are interested in vegetables as food rather than as purely nutrient objects valuable for their vitamins and minerals ». Ahhh le gros bon sens! C’est diablement réducteur de parler des aliments en ne mettant l’accent que sur un ou certains nutriments particuliers. Avant d’être riches en éléments nutritifs, les légumes sont colorés, frais et savoureux! Une vision plus globale de l’assiette, axée sur les saveurs et le plaisir de bien manger plutôt que strictement sur les nutriments engloutis, j’aime ça.

6- « The only time to eat diet food is while you’re waiting for the steak to cook ». N’est-il pas tellement plus savoureux de prendre le temps de déguster chaque bouchée des « vrais » aliments qu’on met au menu au lieu de les garnir de produits allégés?

5 – « Learn how to cook! That’s the way to save money. You don’t save it buying hamburger helpers, and prepared foods; you save it by buying fresh foods in season or in large supply, when they are cheapest and usually best, and you prepare them from scratch at home. Why pay for someone else’s work, when if you know how to do it, you can save all that money for yourself? » Amen.

4 – « I enjoy cooking with wine, sometimes I even put it in the food I’m cooking ». Idem!

3 – « I think one of the terrible things today is that people have this deathly fear of food: fear of eggs, say, or fear of butter. Most doctors feel that you can have a little bit of everything ». Équilibre, variété, modération… si simple, quasi enfantin. Je ne cesse d’être étonnée par la quantité de gens en pleine forme qui persistent à se casser le pompon en cherchant le meilleur aliment pour ci ou l’aliment à éviter pour ça. Quand on a la chance d’être en bonne forme, manger un petit peu de tout, n’est-ce pas tellement plus naturel, intuitif et inspirant que de chercher des combinaisons d’interdits et de prescriptions? L’alimentation d’aujourd’hui a besoin de gros bon sens. Et ça peut parfois vouloir dire, comme l’ajoute Julia : « Everything in moderation… including moderation ».

2 – « This is my invariable advice to people: Learn how to cook- try new recipes, learn from your mistakes, be fearless, and above all have fun! ». Julia aurait pu être nutritionniste, elle maîtrise les notions de gros bon sens, rechigne contre les diètes et les restrictions inappropriées, mise sur la fraîcheur et la qualité des ingrédients, prône la cuisine maison à partir d’ingrédients de base, d’une façon simple, accessible, agréable et conviviale. Mais, par-dessus tout, elle prône le plaisir de manger. Après tout, nutritionnistes, chefs, cuisiniers, foodies… on a beaucoup à gagner à porter, ensemble, ce même message sur le plaisir de bien manger.

1 – Je vous laisse sur une fleur… car les probabilités sont bonnes que si vous avez lu jusqu’ici, c’est que vous aimiez manger…  « People who love to eat are always the best people »Indeed Julia! Et merci pour ces paroles inspirantes et rafraîchissantes!

Laisser un commentaire