L’état de la question sur : Les produits naturels et la perte de poids

Toutes les études examinées dans le cadre de ce document sont des Esssais Prospectifs Controlés à Répartition Aléatoire: (EPCRA). Les méta-analyses et les revues de littérature ont été incluses seulement si elles présentaient des études contrôlées à répartition aléatoire.

La collecte de données a été effectuée par le biais de PubMed, Medline et Cochrane Library.

Les auteurs de ce document n’ont trouvé aucune étude d’une durée de plus de 1 an et très peu d’études d’une durée de 6 mois et plus. La plupart des études reposent sur des essais d’une durée de quelques semaines réalisés sur des échantillons adultes.

Pour la plupart des produits naturels à base de plante vendus dans le but de faciliter la perte de poids, les évidences scientifiques actuelles sont insuffisantes et non concluantes pour émettre des recommandations cliniques. Certains traitements devraient même être proscrits en raison de leurs effets secondaires potentiellement dangereux pour la santé.

Résumé des résultats

Suppléments Dosage typique par jour pour la perte de poids(utilisé dans les études) Efficacité du produit pour la perte de poids* Sécurité/effets secondaires du produit
Glucomannan 3 g Évidence insuffisante Désordres gastro-intestinaux.
Peut réduire la glycémie des patients diabétiques de type II.
Gomme de guar 7,5 – 30 g Probablement inefficace Action hypoglycémiante.
Pourrait décroître l’absorption des contraceptifs oraux et de la pénicilline.
Psyllium 15 g Évidence insuffisante Désordres gastro-intestinaux.
Ephedra sinica 30 – 150 mg Probablement efficace Risques importants pour la santé humaine : symptômes psychiatriques, autonomiques, gastro-intestinaux et cardiovasculaires.
Parfois mortel.
Yerba maté Aucun Évidence insuffisante Irritabilité, palpitations, anxiété (associées à la guarana).
Chromium picolinate 188 – 924 µg Évidence insuffisante Sécuritaire à court terme (< 1000 µg/d).
Effets mutagéniques potentiels à long terme.
Ginseng Aucun Évidence insuffisante Supplémentation de plus de 3 mois à déconseiller.
Chitosan 2 – 4,5 g Évidence insuffisante Désordres gastro-intestinaux.
À éviter pour les personnes allergiques aux fruits de mer.
Garcinia Cambodgia 1,5 – 3 g
(extrait de G. Cambodgia contenant 50 % d’acide hydroxycitrique)
Évidence insuffisante Maux de tête, désordres gastro-intestinaux et problèmes respiratoires.
Acide linoléique conjugué 1,8 – 8 g Probablement inefficace Risques importants pour la santé humaine : augmentation de la résistance à l’insuline (chez des sujets obèses).
Yohimbe 16 – 20 mg Évidence insuffisante Maux de tête, nervosité et arthralgie.
Interaction dangereuse possible
avec la sibutramine.

Source : Adapté de référence 1.

*Efficacité

  • Efficace : Il existe une synthèse d’études contrôlées et randomisées arrivant à une conclusion clairement positive sur un effet précis ou un usage reconnu par des autorités médicales ou gouvernementales compétentes.
  • Probablement efficace : Des références crédibles, publiées dans des journaux révisés par des pairs, s’entendent généralement sur l’efficacité du produit pour l’indication mentionnée. Ces références sont basées sur plus de deux études cliniques randomisées et contrôlées, présentant une méthodologie de bonne qualité et portant sur un total d’au moins 200 sujets.
  • Probablement inefficace : Des références crédibles, publiées dans des journaux révisés par des pairs, s’entendent généralement sur l’inefficacité du produit pour l’indication mentionnée. Ces références sont basées sur plus de deux études cliniques randomisées et contrôlées, présentant une méthodologie de bonne qualité et portant sur un total d’au moins 200 sujets.
  • Inefficace : La majorité des références crédibles s’entendent sur l’inefficacité du produit pour l’indication mentionnée, ou plusieurs études scientifiques de qualité obtiennent des résultats négatifs.
  • Évidence insuffisante : Il existe trop peu de données scientifiques de bonne qualité ou, les données sont contradictoires.

Glucomannan

Le glucomannan est un polysaccharide (fibres solubles) dérivé de la racine d’une plante asiatique, le « Konjac ». Sa structure chimique est similaire à celle du galactomannan provenant de la gomme de guar (1,3). Le glucomannan est utilisée pour soulager la constipation (1,2).

Effets sur la perte de poids
Dans une étude clinique EPCRA (4) d’une durée de 8 semaines, 20 sujets ont été aléatoirement divisés en 2 groupes, placebo et glucomannan. Les sujets ayant reçu le polysaccharide ont enregistré une perte significative de poids (2,5kg). Deux autres études italiennes de courte durée (2 et 3 mois) rapportent également une perte de poids modérée à la suite de la prise de glucomannan (5,6). Toutefois, ces études renferment de petits échantillons et comportent des limites méthodologiques. Ainsi, d’autres évidences seront nécessaires en ce qui a trait à l’utilisation du glucomannan pour la perte de poids (1, 7, 8).

Sécurité
Des cas d’obstructions œsophagiens et gastro-intestinales ont été observés avec l’utilisation des capsules de glucomannan (9). Le glucomannan peut réduire la glycémie des patients diabétiques de type II (10).

Gomme de guar

Provenant d’un arbuste indien, la gomme de guar est une fibre utilisée couramment dans le contrôle du poids (1, 11).

Effets sur la perte de poids
Une récente méta-analyse a procédé au recensement de 20 études EPCRA (11). Les résultats de 11 d’entre elles ont été regroupés pour la perte de poids. Les résultats actuels suggèrent que la gomme de guar n’est pas efficace pour faciliter la perte de poids (1, 7, 8, 11).

Sécurité
Des désordres gastro-intestinaux (11) ont été rapportés, mais la gomme de guar est généralement reconnue comme étant sécuritaire si elle est consommée avec une grande quantité de liquide (1).

En raison de l’action hypoglycémiante de la gomme de guar, les personnes diabétiques devraient éviter d’en consommer (1, 12). De plus, la gomme de guar pourrait diminuer l’absorption des contraceptifs oraux et de la pénicilline (13, 14).

Psyllium

Le psyllium est une fibre soluble dérivée des graines de spathes de la plante Plantago ovata (plantain) (1, 8).

Effets sur la perte de poids
Une étude EPCRA a été recensée (15). Une supplémentation en psyllium (15 g par jour pendant 6 semaines) a amélioré les paramètres lipidiques et le glucose sanguin de 125 patients diabétiques présentant un surpoids. Toutefois, le psyllium n’a eu aucun effet sur le poids.

Sécurité
Des désordres gastro-intestinaux ont été rapportés : flatulences, nausées, ballonnements. Cependant, dans plusieurs études, ces effets secondaires ont également été notés dans le groupe placebo (15).

Ephedra sinica

L’Ephedra sinica, ou ma huang, provient d’une plante originaire de l’Asie centrale (1,7). L’éphédrine, le principal ingrédient actif de cette plante, a été étudiée seule ou en combinaison avec la caféine.

Effets sur la perte de poids
Une récente méta-analyse (16) regroupant 19 études EPCRA d’une durée de plus de 8 semaines a conclu que l’éphédra et l’éphédrine entraînent, à court terme, une perte de poids supérieure de 0,9 kg par mois, comparativement au placebo. Efficacité à long terme non testée : aucune étude n’a duré plus de 6 mois (16, 7).

Sécurité
Les auteurs de cette même méta-analyse (16) ont examiné 50 études EPCRA pour les effets secondaires liés à l’utilisation de l’éphédra. Ils ont estimé une augmentation de 2,2 à 3,6 fois la cote des symptômes psychiatriques, autonomiques, gastro-intestinaux et cardiovasculaires associés à la prise de suppléments d’éphédra. Deux autres revues de littérature exhaustives sur le sujet (17, 18) rapportent des épisodes d’hypertension, d’infarctus du myocarde, d’accidents vasculaires cérébraux et de convulsions. Dix événements ont été mortels et treize ont entraîné des séquelles permanentes. Sur ces 23 cas, 9 sont survenus chez des personnes sans facteurs de risques cardiovasculaires préexistants.

Yerba maté

Le Yerba maté est une boisson faite à base de feuilles d’une plante native de l’Afrique du Sud (Ilex paraguariensis) (1, 8). Plusieurs allégations santé sont attribuées à cette plante (1). Son utilisation pour la perte de poids a été décrite en association avec 2 autres végétaux : le guarana (Paullinia cupana) et la damiane (Turnera diffusa)(8).

Effets sur la perte de poids
Dans une étude de 45 jours (19), 94 patients souffrant d’embonpoint ont été randomisés : placebo ou un mélange de yerba maté, de guarana et de damiane. On a observé une différence de perte de poids de 4,8 kg entre les 2 groupes et noté un délai dans la vidange gastrique (20).

Sécurité
Des effets secondaires similaires à ceux de la caféine ont été rapportés avec la consommation du guarana : irritabilité, palpitations, anxiété, etc.(11)
Pris oralement et sur une courte période, le maté semble sécuritaire (1, 8).

Chromium picolinate

Le chromium est un minéral trace essentiel et un cofacteur à l’insuline qui en augmente l’activité (21-23). Plusieurs études ont examiné ses effets sur le métabolisme des glucides, des protéines et des lipides. Il agirait à titre d’« agent » métabolique qui augmente la dépense énergétique et la masse maigre (21, 24). Toutefois, les données chez les sujets non diabétiques n’endossent pas cette théorie, et les résultats chez les diabétiques sont non concluants (25).

Le chromium picolinate est un composé organique contenant une molécule de chromium liée à un acide picolinique (dérivé naturel du tryptophane) (1, 8).

Effets sur la perte de poids
Une récente méta-analyse (26) comprenant 10 études EPCRA suggère que le chromium picolinate entraîne une faible perte de poids, comparativement au placebo (0,08 à 0,2 kg/sem) chez des sujets ayant un IMC de 28 à 33. Les auteurs de cette méta-analyse soulèvent que la pertinence clinique de ces résultats est discutable et que, compte tenu de la faible robustesse statistique, les résultats devraient être interprétés avec prudence.

Sécurité
Des doses de chromium picolinate inférieures à 1000 µg par jour, prises sur une courte période de temps, semblent être sécuritaires. En raison de ses effets mutagéniques potentiels, une supplémentation de chromium picolinate à long terme est déconseillée (27, 28).

Ginseng

Le ginseng est la racine séchée d’une des espèces de la famille des Araliaceae (1).

Effets sur la perte de poids
Des résultats préliminaires suggèrent que le ginseng pourrait améliorer la tolérance au glucose (29). Toutefois, aucune étude EPCRA chez l’humain n’a rapporté une perte de poids supérieure avec la consommation de ginseng, comparativement au placebo (30).

Sécurité
Une supplémentation de ginseng-panax pendant plus de 3 mois est déconseillée en raison de ses effets potentiels semblables aux hormones tel qu’observés in vitro(1, 31).

Chitosan

Le chitosan est un polymère de glucosamine produit par la chitine, une substance dérivée de la carapace des crustacés (1, 8). On en fait la promotion pour diminuer l’absorption des lipides (8).

Effets sur la perte de poids
Une méta-analyse (32) et 6 études RCT (33-38) ont examiné l’effet du chitosan sur la perte de poids. Les résultats actuellement disponibles dans la littérature sont contradictoires. Par conséquent, l’effet du chitosan sur la perte de poids est non démontré chez l’humain.

Sécurité
Des désordres gastro-intestinaux ont été rapportés : flatulences, constipation, ballonnements (32-37). Les personnes allergiques aux fruits de mer devraient éviter ce produit (1).

Garcinia Cambodgia et acide hydroxycitrique

L’acide hydroxycitrique (AHC) provient d’un fruit tropical originaire de l’Inde, le tamarinier de Malabar (Garcinia Cambodgia) (1). L’AHC est l’ingrédient actif supposé du garcinia. Cet ingrédient est reconnu pour inhiber le clivage enzymatique du citrate pouvant mener à la suppression de la synthèse de novo des acides gras et à la diminution de l’apport alimentaire (39, 40).

Effets sur la perte de poids
Une étude EPCRA (41) d’une durée de 12 semaines a indiqué une perte de poids supérieure de 1,3 kg chez les femmes ayant reçu l’AHC, comparativement à celles du groupe placebo (89 femmes avec un IMC moyen de 28,6). Toutefois, trois autres études EPCRA n’ont démontré aucun effet de l’AHC sur la perte de poids (39, 42, 43).
L’efficacité de l’AHC sur la perte de poids est incomplète et contradictoire.

Sécurité
Des maux de tête, des désordres gastro-intestinaux et des problèmes respiratoires ont été rapportés (39).

L’acide linoléique conjugué (ALC)

Le terme ALC inclut tous les isomères conjugués de l’acide linoléique. Les deux isomères connus pour posséder une activité biologique sont : cis-9, trans-11 et trans-10, cis-12 (44). L’ALC est un groupe d’acide gras trans naturellement présents dans les aliments produits à partir de ruminants.
La synthèse biologique de l’ALC se fait par la voie d’une isomérisation microbiale de l’acide linoléique alimentaire dans le système digestif des ruminants. Les isomères commerciaux sont obtenus par une hydrogénation partielle de l’acide linoléique ou encore par un traitement thermique de l’acide linoléique en présence d’un alkali (45).

Effets sur la perte de poids
Plusieurs études animales rapportent une diminution de l’adiposité et une augmentation de la masse maigre avec la supplémentation en ALC (44). Toutefois, les études chez l’humain sont limitées et contradictoires (44, 46). Une récente revue de littérature, incluant 13 études EPCRA de courte durée (< 6 mois), conclut qu’il existe peu d’évidences chez l’humain pour appuyer le rôle de l’ALC dans la diminution de la perte de poids ou de l’adiposité (47).

Sécurité
Une supplémentation en ALC (3.4 g de l’isomère trans-10 cis 12 pris pendant une période de 12 semaines) peut entraîner des risques importants pour la santé humaine : i.e une augmentation de la résistance à l’insuline (hyperpro-insulinémie) a été observée chez des hommes présentant une obésité abdominale(44, 47-49).

Yohimbe

Le yohimbe est extrait de l’écorce d’un arbre africain, le Pausinystalia yohimbe. La composante active du yohimbe, la yohimbine, est un antagoniste des récepteurs alpha-2 (8).

Effets sur la perte de poids
Trois études EPCRA, dont une d’une durée de plus de 6 mois, ont été recensées. Les résultats de ces études sont contradictoires et non concluants (50-52).

Sécurité
Maux de tête, nervosité et arthralgie ont été rapportés. Une interaction dangereuse possible avec la sibutramine a été suggérée (53).

Références :

1. Jellin JM, Gregory PJ, Batz F, Hitchens K, et al. Natural Medicines Comprehensive Database. (www.naturaldatabase.com) page visitée le 1 juin 2005.
2. Passaretti S, Franzoni M, Comin U, et al. Action of glucomannans on complaints in patients affected with chronic constipation: a multicentric clinical evaluation. Ital J Gastroenterol 1991;23:421-5.
3. Doi K, Matsuura M, Kawara A, Baba S. Treatment of diabetes with glucomannan (konjac mannan). Lancet 1979;1:987-8.
4. Walsh DE, Yaghoubian V, Behforooz A. Effect of glucomannan on obese patients: a clinical study. Int J Obes 1983; 8: 289-93.
5. Vita PM, Restelli A, Caspani P, Klinger R. Chronic use of glucomannan in the dietary treatment of severe obesity. Minerva Med. 1992; 83:135-9.
6. Cairella M, Marchini G. Evaluation of the action of gluconannan on metabolic parameters and on the sensation of satiation in overweight and obese patients. Clin Ter 1995; 146:269-74.
7. Dwyer JT, Allison DB, Coates M. Dietary supplements in weight reduction. J Am Diet Assoc 2005; 105:S80-S86.
8. Pittler MH, Ernst E. Dietary supplements for body-weight reduction: a systematic review. Am J Clin Nutr 2004; 79:529-536.
9. Henry DA, Mitchell AS, Aylward J, et al. Glucomannan and risk of oesophageal obstruction. Br Med J 1986;292:591-2.
10. Chen HL, Sheu WH, Tai TS, et al. Konjac supplement alleviated hypercholesterolemia and hyperglycemia in type 2 diabetic subjects–a randomized double-blind trial. J Am Coll Nutr 2003;22:36-42.
11. Pittler MH, Ernst E. Guar gum for body weight reduction. Meta-analysis of randomized trials. Am J Med 2001; 110: 724-30.
12. Superko HR, Haskell WL, Sawrey-Kubicek L, Farquhar JW. Effects of solid and liquid guar gum on plasma cholesterol and triglyceride concentrations in moderate hypercholesterolemia. Am J Cardiol 1988;62:51-55.
13. Huupponen R, Seppala P, Iisalo E. Effect of guar gum, a fibre preparation, on digoxin and penicillin absorption in man. Eur J Clin Pharmacol 1984;26:279-81.
14. Garcia JJ, Fernandez N, Diez MJ, et al. Influence of two dietary fibers in the oral bioavailability and other pharmacokinetic parameters of ethinyloestradiol. Contraception 2000;62:253-7.
15. Rodriguez-Moràn M, Guerrero-Romero F, Laczano-Burciaga. Lipid-and glucose-lowering efficacy of plantago psylliun in type II diabetes. J Diabetes Complications 1998; 12: 273-8.
16. Shekelle PG, Hardy ML, Morton SC, et al. Efficacy and safety of ephedra and ephedrine for weight loss and athletic performance. JAMA 2003; 289: 1537-45.
17. Haller CA, Benowitz NL. Adverse cardiovascular and central nervous system events associated with dietary supplements containing ephedra alkaloids. N Engl J Med 2000;343:1833-8.
18. Pittler MH, Schmidt K, Ernst E. Adverse events of herbal food supplements for body weight reduction: systematic review. Obesity Rev 2005; 6: 93-111.
19. Andersen T, Fogh J. Weight loss and delayed gastric emptying following a South American herbal preparation in overweight patients. J Hum Nutr Diet. 2001; 14: 243.
20. Haller CA, Benowitz NL. Adverse cardiovascular and central nervous system events associated with dietary supplements containing ephedra alkaloids. N Engl J Med 2000; 343: 1833-1838.
21. Anderson RA. Effects of chromium on body composition and weight loss. Nutr Rev. 1998;56:266-70.
22. Offenbacher EG, Pi-Sunyer FX. Chromium in human nutrition. Annu Rev Nutr 1988;8:543-63.
23. Mertz W. Chromium in human nutrition: a review. J Nutr 1993;123: 626-33.
24. Anderson RA. Essentiality of chromium in humans. Sci Total Environ 1989;86:75-81.
25. Althuis MD, Jordan NE, Ludington EA, Wittes JT. Glucose and insulin responses to dietary chromium supplements: a meta-analysis. Am J Clin Nutr 2002;76:148-155.
26. Pittler MH, Stevinson C, Ernst E. Chromium picolinate for body weight reduction. Meta-analysis of randomized trials. Int J Obes Relat Metab Disord 2003; 27: 522-9.
27. Stearns DM, Belbruno JJ, Wetterhahn KE. A prediction of chromium (III) accumulation in humans from chromium dietary supplements. FASEB J 1995;9:1650-7.
28. Vincent JB. The biochemistry of chromium. J Nutr 2000;130:715-8.
29. Sotaniemi EA, Haapakoski E, Rautio A. Ginseng therapy in non-insulin-dependent diabetic patients. Diabetes Care 1995 ;18:1373-5.
30. Saper RS, Eisenberg DM, Phillips R. Common dietary supplements for weight loss. Am Fam Physician 2004; 70: 731-38.
31. Cho J, Park W, Lee S, et al. Ginsenoside-Rb1 from Panax ginseng C.A. Meyer activates estrogen receptor-alpha and -beta, independent of ligand binding. J Clin Endocrinol Metab 2004;89:3510-5.
32. Ernst E, Pittler MH. Chitosan as a treatment for body weight reduction? Perfusion 1998; 11: 461-5.
33. Wuolijoki E, Hirvelä T, Ylitalo P. Decrease in serum LDL cholesterol with microcrystalline chitosan. Methods Find Exp Clin Pharmacol 1999;21: 357-61.
34. Schiller RN, Barrager E, Schauss AG, Nichols EJ. A randomized, double-blind, placebo-controlled study examining the effects of a rapidly soluble chitosan dietary supplement on weight loss and body composition in overweight and mildly obese individuals. J Am Nutraceut Assn 2001;4: 42-9.
35. Pittler MH, Abbot NC, Harkness EF, Ernst E. Randomised, double blind trial of chitosan for body weight reduction. Eur J Clin Nutr 1999;53: 379-81.
36. Ho SC, Tai ES, Eng PHK, Tan CE, Fok ACK. In the absence of dietary surveillance chitosan does not reduce plasma lipids or obesity in hyper-cholesterolaemic obese Asian subjects. Singapore Med J 2001;42:6-10.
37. Girola M, De Bernardi M, Contos S, et al. Dose effect in lipid-lowering activity of a new dietary integrator. Acta Toxicol Ther 1996; 17:25-40.
38. Mhurchu CN, Poppitt SD, McGill AT, Leahy FE, Bennett DA, Lin RB, et al. The effect of the dietary supplement Chitosan on body weight: A randomized controlled trail in 250 overweight and obese adults. Int J Obes 2004;28: 1149-1156.
39. 39. Heymsfield SB, Allison DB, Vasselli JR, Pietrobelli A, Greenfield D, Nunez C. Garcinia cambogia (hydroxycitric acid) as a potential anti-obesity agent. JAMA 1998;280: 1596-600.
40. Lowenstein JM. Effect of (-)-hydroxycitrate on fatty acid synthesis by rat liver in vivo. J Biol Chem 1971; 629-32.
41. Mattes RD, Bormann L. Effects of (-)-hydroxycitric acid on appetite variables. Physiol Behav 2000;71:87-94.
42. Westerterp-Plantenga MS, Kovacs EMR. The effect of (-)-hydroxycitrate on energy intake and satiety in overweight humans. Int J Obesity 2002;26:870-2.
43. Kovacs EM, Westerterp-Plantenga MS, Saris WH. The effects of 2-week ingestion of (–)-hydroxycitrate and (–)-hydroxycitrate combined with medium-chain triglycerides on satiety, fat oxidation, energy expenditure and body weight. Int J Obes Relat Metab Disord 2001;25:1087-94.
44. Rainer L, Heiss CJ. Conjugated linoleic acid: health implications and effects on body composition. J Am Diet Assoc. 2004;104:963-968.
45. Banni S. Conjugated linoleic acid metabolism. Curr Opin Lipidol 2002;13:261-266.
46. Wang Y, Jones PJ. Dietary conjugated linoleic acid and obesity control: efficacy and mechanisms. Int J Obes Relat Metab Disord. 2004 Aug;28(8):941-55.
47. Larsen TM, Toubro S, Astrup A. Efficacy and safety of dietary supplements containing CLA for the treatment of obesity: Evidence from animal and human studies. J Lipid Res 2003; 44:2234-2241.
48. Riserus U, Vessby B, Arner P, Zethelius B. Supplementation with trans10cis12-conjugated linoleic acid induces hyperproinsulinaemia in obese men: close association with impaired insulin sensitivity. Diabetologia 2004;47:1016-9.
49. Risérus U, Vessby B, Ärnlöv J, Basu S. Effects of ci-9,trans-11 conjugated linoleic acid supplementation on insulin sensitivity, lipid peroxidation, and proinflammatory markers in obese men. Am J Clin Nutr 2004;80:279-83.
50. Kucio C, Jonderko K, Piskorska D. Does yoimbine act as a slimming drug? Isr J Med Sci 1991; 27:550-6.
51. Sax L. Yohimbine does not affect fat distribution in men. Int J Obes 1991; 15: 561-5.
52. Berlin I, Stalla-Bourdillon A, Thuillier Y, Turpin G, Puech J. Lack of efficacity of yohimbine in the treatment of obesity. J Pharmacol (Paris) 1986;17:343-7.
53. Karlsson C, Stenlöf K, et al. Effects of growth hormone treatment on the leptin system and on energy expenditure in abdominally obese men. European Journal Of Endocrinolgy 1998;138: 408-414.

Laisser un commentaire